Je me trouve inintéressant : 3 conseils pour éliminer cette croyance

Je me trouve inintéressant : 3 conseils pour éliminer cette croyance

se trouver inintéressant

En tant que personne hypersensible, il vous est sûrement arrivé de vous sentir comme une coquille vide face aux autres. Vous n’avez rien à dire. Vous pensez que vous ne valez pas la peine que les autres s’intéressent à vous.

J’ai connu cela : une estime de soi tellement mauvaise qu’on est littéralement bloqué pour sortir de sa bulle et oser aller vers les autres.  Et ce sentiment tenace de se trouver inintéressant.

Imaginez si vous pouviez vous débarrasser de cette croyance : est-ce que vous ne vous sentiriez pas tout simplement libre et fier de vous ?

Voici 3 idées à explorer pour vous sortir de cette pensée qui vous limite.

1) Quelles sont les peurs cachées derrière ce sentiment d’être inintéressant ?

Imaginez le pire : quelqu’un vous fait remarquer qu’il vous trouve inintéressant. Comment vous sentez-vous ? Je reconnais que ce n’est pas une expérience agréable même à visualiser ! Mais si vous la faites vraiment, il y a des chances que vous mettiez le doigt sur les véritables peurs en vous. Vous vous sentez nul, vous avez honte, vous voulez disparaître… Parce que l’autre vous signifie que vous n’êtes pas valable à ses yeux. Voilà comment on en arrive à se trouver inintéressant. Ce n’est pas grave en soi, sauf si vous attendez quelque chose de cette personne. Et quoi ? De l’amour bien sûr ! De l’attention, du respect, de la reconnaisance. On y est : lorsque vous attendez que l’extérieur vous apporte la preuve de votre valeur, vous vous sentez vulnérable. Vous attendez que les autres vous aiment à votre place.

2) Que trouvez-vous d’intéressant chez les autres ?

Un bon moyen pour se détacher de votre croyance est de prendre de la distance. Changez de focus et pensez à la façon dont vous percevez les autres. Qu’ont-ils de plus que vous qui pourrait les rendre intéressants ? Je suis quasiment certaine que vous surestimez ce que les autres donnent à voir. Or, eux aussi ont leurs failles. Il arrive à tout le monde de se trouver inintéressant. Vous ne voyez que ce que les gens veulent bien montrer d’eux. Rappelez-vous : personne n’est parfait. Vous comparer aux autres est le meilleur moyen de vous sentir inférieur à n’importe qui. Pourquoi ? Parce que vous imagienz que vous devez prouver aux autres que vous êtes intéressant en permanence. Cela n’existe pas. Il n’y a rien à prouver aux autres. Quel que soit votre mode de vie actuel, vous valez autant que n’importe qui.

3) Quelles parties de votre monde intérieur pouvez-vous mettre en valeur ?

Ce qui compte pour éviter de vous comparer inutilement, c’est justement de partir de ce qui fait votre différence. Qu’est-ce que vous avez plaisir à faire ? Quelles sont vos passions ? Vos talents, vos sujets de prédilection ? A quoi aimez-vous passer votre temps ? Il y a des chances que vous connaissiez un sujet dont vous pourriez parler pendant des heures ! Bien sûr, il ne s’agit pas de changer du tout au tout et de parler sans s’arrêter de vos passions. Il s’agit plutôt de prendre conscience que vous avez une vie intérieure riche, même si vous ne l’exposez pas beaucoup ou pas du tout aux autres. La prochaine étape pour vous sera alors de vous entraîner à déterminer les sujets sur lesquels vous pouvez facilement vous exprimer. Si vous êtes passionné, vous verrez qu’il est plus facile de parler de ses centres d’intérêt car alors vous vous concentrerez sur ce que vous dites. Pas sur vos ressentis, et pas sur vos jugements internes. C’est ainsi qu’on élimine doucement mais sûrement le sentiment de se trouver inintéressant.

Alors, comment faire concrètement ?

Les pratiques créatrices sont un excellent moyen pour à la fois cultiver son monde intérieur et le partager par l’intermédiaire de ses créations. Montrer aux autres un peu de soi à travers ce qu’on écrit, ce qu’on chante, ce qu’on dessine… c’est s’exposer à sa façon et retrouver l’estime qui fait défaut quand on se trouve inintéressant. Cultivez votre créativité et vous vous sentirez suffisamment riche intérieurement pour dépasser la croyance que vous n’avez rien à partager.  Cela ne demande pas de devenir doué dans un domaine artistique! Il s’agit plutôt de retrouver plaisir à agir par soi-même, réussir à accomplir de petites choses qui font remonter l’estime de soi. Pratiquer un art c’est aussi un bon moyen de trouver des points communs avec d’autres personnes, donc pouvoir créer des relations basées non pas sur l’apparence mais sur ce qui fait votre authenticité. Vous donner cette chance, c’est vous aider à exprimer davantage votre voix unique et prendre votre place à votre façon.

Si vous voulez en savoir plur sur la façon dont l’expression créatrice peut vous aider à trouver votre place et oser aller vers les autres, rejoignez-nous dans le groupe Facebook. Un espace tranquille où vous pouvez interagir à votre rythme !

EnregistrerEnregistrer

Quand nous osons exprimer notre voix, nous nous offrons une chance de nous révéler aux autres et de vivre des relations facilitées et épanouissantes, en harmonie avec notre identité profonde. Je crée des espace-temps pour vous aider à vous exprimer votre intériorité en douceur, à votre rythme, et à trouver votre place unique et juste. Découvrez mes parcours guidés en mots et en voix!

Je ne sais pas quoi dire: 3 pistes pour surmonter cette peur

Je ne sais pas quoi dire: 3 pistes pour surmonter cette peur

peur de ne pas savoir quoi dire conversation
Pendant très longtemps, j’ai eu peur de ne pas être intéressante et de ne pas savoir quoi dire. Je vivais les discussions comme des examens oraux ou des entretiens d’embauche. Chaque fois que je disais quelque chose, je me jugeais aussitôt sévèrement. Chaque fois que je me taisais je pensais que j’allais paraître idiote devant les autres.
Je n’avais pas encore les clés pour me rassurer et me faire confiance sur l’attitude à adopter : faire semblant et dire des choses qui ne me ressemblaient pas ou bien m’enfoncer dans mon malaise et me sentir exclue? C’est quand j’ai réussi à sortir de ce dilemme que j’ai pu accepter d’être simplement moi et que j’avais le droit d’avoir des choses à dire comme de rester silencieuse.

Que faire quand on est terrifié par l’idée de devoir prendre la parole?

Comment faire quand on est persuadé qu’on n’a rien d’intéressant à partager avec les autres?

Voici 3 pistes pour surmonter cette peur. 

  • Identifiez ce qui vous donne envie de vous exprimer

Bien se connaître est une clé fondamentale pour partager avec les autres ce qu’on porte en soi.

Qu’est-ce qui vous procure de grandes émotions?

Qu’est-ce qui vous fait réagir?

Ce peuvent être des sujets d’actualité, des persones que vous appréciez, des passions, des causes à défendre, des sujets d’étude… Trouvez ce qui vous mobilise, vous fait vibrer. Vous verrez qu’au-dedans, ça fourmille. Passez par l’écrit pour noter ce qui vous vient à l’esprit quand vous pensez à ces thèmes qui vous tiennent à coeur!

 

  • Choisissez les contextes qui vous conviennent

Vous avez certainement plus de chance de vous sentir rempli de choses à dire si vous pouvez aborder des sujets qui vous passionnent. C’est vrai aussi si vous êtes en compagnie de personnes avec qui vous êtes suffisamment à l’aise pour vous exprimer sans crainte du jugement. La discussion idéale n’existe pas, mais vous pouvez privilégier les contextes où vous vous sentez sécurisé pour expérimenter la prise de parole. On peut oser sortir de sa zone de confort quand on a un minimum confiance dans son environnement. L’envie dépasse la peur et on se lance.

 

  • Ecoutez les autres et relativisez

Vous n’êtes pas obligé de parler de tout, tout le temps avec tout le monde. Observez les autres: chacun a sa propre façon de s’exprimer, à son propre rythme et avec une quantité de contenu différente. Vous avez le droit de choisir votre place et votre rôle dans chaque nouvelle conversation. Rien n’est figé ! Prenez également conscience que les autres s’autorisent à être eux-mêmes en se jugeant sûrement moins sévèrement que vous ne le faites avec vous-même. 

Enfin, si vous avez envie de mettre en pratique tout cela, rien n’est plus efficace que le lâcher prise à travers une pratique créatrice. Je vous invite à découvrir mes propositions pour vous aider à vous exprimer au plus proche de vous, avec plus de spontanéité et de confiance.

Quand nous osons exprimer notre voix, nous nous offrons une chance de nous révéler aux autres et de vivre des relations facilitées et épanouissantes, en harmonie avec notre identité profonde. Je crée des espace-temps pour vous aider à vous exprimer votre intériorité en douceur, à votre rythme, et à trouver votre place unique et juste. Découvrez mes parcours guidés en mots et en voix!

Se reconnecter à soi

oser s'exprimer, se reconnecter à soiPour se sentir en reliance avec les autres, avoir ce sentiment d’appartenance à un réseau, encore faut-il bien savoir comment on fonctionne. Avoir le haut débit en soi c’est pouvoir mieux communiquer avec les autres grâce à une bonne connaissance interne de qui nous sommes vraiment.
Parce qu’on se perd trop souvent et qu’on oublie où sont les choses essentielles pour nous, je vous partage 3 pistes pour rester connecté à vous-même et vous autoriser ainsi à communiquer en étant plus proche de votre nature profonde.

 

Comprendre et respecter ses besoins

Savoir ce qui est bon pour soi, respecter son rythme et pouvoir s’exprimer librement sont des ingrédients indispensables pour ne pas s’oublier.

Je me sens en relance quand je sens mes besoins profonds, je les détecte et je sais les nourrir du mieux que je peux. Mes besoins vitaux dont font aussi partie mes propres besoins en sommeil, silence, socialisation, émulation, contact avec des sources d’inspiration dans la nature ou dans l’art…

Je me sens en reliance quand je peux exprimer mes besoins, sans éprouver de honte, de culpabilité. Et si je ne peux pas les combler, je me rapproche de ce qui me fait du bien: si c’est compliqué de trouver une heure de temps libre, alors je décide consciemment de m’accorder un quart d’heure. Si possible, j’évite de me dire que c’est le minimum: je me dis plutôt que ces quinze fois soixante secondes, je vais les savourer sans me préoccuper du reste.

Je n’oublie pas de retourner régulièrement vers ce qui me vivifie, me met en joie et me donne envie d’aller de l’avant. Si j’ai délaissé mon activité favorite ces derniers temps, ma 4G me le signale à temps, afin d’éviter une déconnexion totale qui ferait descendre mon tonus interne en flèche!

 

Rester soi-même sans jouer un rôle

Est-ce que je souhaite vraiment me relier au modèle qu’on me propose? N’y a-t-il pas là plus une volonté de se conformer pour éviter de chercher ce qui me correspondrait parfaitement, que moi seul peut définir? Les offres sont pléthoriques: le monde me propose quantité de solutions pour être plus en forme, plus compétitif, plus épanoui, plus créatif…

Si j’essaie simplement d’être moi, ce qui est facile mais complexe, alors j’opte pour un chemin qui me mènera vers plus d’harmonie avec moi-même et avec les autres . J’aurai le débit maximal, celui qui fait couler entre tête, coeur et corps, un sentiment d’harmonie, celui-là même qui est suffisamment fort pour me permettre de rester debout et confiant quand les pannes surviennent…

 

Pratiquer régulièrement ses rituels essentiels

Je me demande moi aussi comment je faisais avant, et quand ça ne marche pas ou pas comme je veux, quand des obstacles se présentent à moi, je me rends compte comme c’est précieux de savoir quel est mon point de reliance. Expérimenter et connaître ce sentiment d’être dans le juste pour soi-même, sans intentions particulières, sans objectifs autres qu’exister là maintenant.

Je me sens reliée quand je ressens le manque et que j’entends cette petite voix au fond de moi qui me dit « ça fait un moment que tu as laissé en plan ce morceau de piano » ou bien « j’ai l’impression que ton histoire ne verra jamais le jour ». Et le sentiment de malaise, d’être dérangé parce qu’au fond on voudrait continuer à se laisser aller, fait parfois place à la gratitude de voir que les alertes de ma 4G fonctionnent bien. Alors, faire un petit pas, tout petit, pour reprendre la connexion avec soi, demande un effort mieux accepté.

Avez-vous identifié vos besoins profonds et les moyens de vous relier à vous-même? Dites-le moi en commentaire!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Quand nous osons exprimer notre voix, nous nous offrons une chance de nous révéler aux autres et de vivre des relations facilitées et épanouissantes, en harmonie avec notre identité profonde. Je crée des espace-temps pour vous aider à vous exprimer votre intériorité en douceur, à votre rythme, et à trouver votre place unique et juste. Découvrez mes parcours guidés en mots et en voix!

Comment se reconnecter à sa voix…et à sa voie!

Se reconnecter à sa voix

Quoi de plus intime que notre voix ?

Unique comme l’empreinte de nos doigts, elle porte nos blessures comme nos émois.

En questionnant les gens autour de moi, je constate que beaucoup entretiennent un rapport paradoxal avec leur voix : ils l’aiment ou la détestent, en ont parfois honte, aimeraient la changer comme s’ils étaient complexés, m’avouent ne pas savoir comment l’utiliser… beaucoup de jugements en tout cas, qui parfois sont très révélateurs de la relation à soi.

cours voix parlée expression orale

Les allers-retours entre la voix et soi

 

La voix ne triche pas : elle signe notre état interne du moment.

Et dans le même temps, nous pouvons agir pour la moduler et par là même, influer sur notre état d’esprit. Oui, ça a l’air magique dit comme ça, et pourtant le processus est réversible !

Je suis sûre que vous avez tous fait l’expérience d’écouter quelqu’un parler d’une voix monotone et de vous sentir petit à petit engourdi. Ou bien d’être en compagnie de quelqu’un parlant avec enthousiasme et d’être gagné par ce même état ! Nous sommes impactés par la voix, tout comme par nos pensées. C’est un formidable véhicule émotionnel dont nous avons tout intérêt à nous servir !

 

Là où je veux en venir, c’est aux potentialités créatrices de notre voix.

« Par la parole, l’homme est une métaphore de lui-même » (Octavio Paz)

Si nous sommes ce que nous pensons, nous sommes aussi ce que nous disons, ce que nous chantons.

Au quotidien, arrêtons-nous quelques instants par-ci par-là sur ce que nous émettons : est-ce que ma voix trahit mes pensées, est-ce qu’au contraire je l’enjolive pour masquer mon état ?

s'exprimer par la voix

La voix pour apaiser ses blessures émotionnelles

 

Reconnaître et accepter sa voix telle qu’elle est, sans tricher, c’est reconnaître et accepter notre ressenti intérieur.

Une fois cela fait, il nous est possible de travailler et jouer avec notre voix pour soit amplifier l’état dans lequel nous sommes, soit en sortir. Les jours où je suis fatiguée, triste, ma voix est morne. Je fredonne avec peine un blues dégoulinant de mal être, et petit à petit j’y retrouve l’écho de mon propre état. Je me plonge dedans, et j’y puise la force d’expulser ce qui me ronge. Je peux aussi improviser, me laisser aller à des lamentations vocales comme une catharsis émotionnelle.

A ce moment-là, je reconnecte avec ce que je porte en moi, et je peux alors laisser aller ce flux d’émotions, lâcher prise. Puis me diriger vers autre chose, avec moins de peur et de culpabilité, plus de légèreté et d’envie. Recréer un monde à l’image de ce qui vibre en moi : dire et chanter les mots qui me tiennent à cœur, ceux que je ressens, ceux que je voudrais ressentir, ceux qui expriment tout ce que je voudrais accomplir…

 

Des pistes pour explorer sa voix

 

  • créer un podcast personnel à la manière d’un journal audio intime, pour y enregistrer ses états d’âme, ses peurs, ses souhaits pour l’avenir… et le réécouter régulièrement pour faire le point sur ses avancées personnelles.

  • chanter ses gratitudes, célébrer les joies toutes simples en improvisant une mélodie, et pourquoi pas en dansant ? Se laisser aller à varier la mélodie comme si l’on créait une chanson pour l’occasion.

  • pour mieux retrouver et poser sa voix, jouer à imiter des personnages archétypiques tels que sorcière, chat, bébé… c’est souvent en allant chercher du côté de la caricature et de l’exagération, qu’on peut par la suite retrouver sa propre empreinte vocale, avec laquelle on se sent bien.

 

Je vous souhaite de belles explorations vocales, chantées, parlées, écrites…

 

Créativement vôtre,

marion dorval memovoix

Quand nous osons exprimer notre voix, nous nous offrons une chance de nous révéler aux autres et de vivre des relations facilitées et épanouissantes, en harmonie avec notre identité profonde. Je crée des espace-temps pour vous aider à vous exprimer votre intériorité en douceur, à votre rythme, et à trouver votre place unique et juste. Découvrez mes parcours guidés en mots et en voix!