L’utilisation de la voix chantée nous semble tellement familière qu’on en oublie qu’elle peut être l’objet de pratiques très diversifiées : les voix du monde sont comme autant de langues.

Cette diversité des voix, des timbres, et des pratiques qui y sont liées, trouve son origine dans les cultures dont elle est issue: bien souvent, la voix chantée sert de mode de communication et de socialisation. C’est ce à quoi s’intéresse l’ethnomusicologie, un domaine de recherche passionnant.

Nous sommes bien souvent limités dans notre écoute et dans nos choix vocaux par notre environnement. Imprégnés de modèles, il nous est parfois difficile de concevoir qu’on puisse chanter de façon totalement différente, avec des techniques parfois très surprenantes: émission de notes doubles, utilisation de gammes pentatoniques etc. Autant de sons qui viennent se confronter à nos habitudes acoustiques, l’occasion d’enrichir notre panel de sonorités mais aussi de tester d’autres pratiques vocales fort riches. Mais saviez-vous que les voix du monde sont aussi variées dans leurs caractéristiques que peuvent l’être les langues parlées?

En voici quelques-unes, non exhaustives mais représentatives de l’extrême diversité du chant à travers le monde.

  • Chant diphonique

Pour faire simple, le chant diphonique nous fait entendre deux sons superposés émis par une seule personne; on pourrait dire qu’il s’agit de faire la polyphonie en solo! Ces deux sons possèdent des fréquences correspondant à des sons dits harmoniques: elles sont proportionnelles entre elles et entrent en résonance. Ainsi, dans le chant diphonique, on pourra entendre un bourdon (grave) superposé à une note plus aiguë de fréquence multiple du son de base. C’est en modifiant la morphologie de la gorge et de la bouche que l’on peut émettre ce type de son.

Le chant diphonique est pratiqué dans différentes régions du monde, en particulier chez les Mongols (chant höömij).

Pour en savoir plus, visionnez cette vidéo une conférence extrêmement intéressante sur une recherche en ethnomusicologie sur le chant diphonique.

Découvrez-en plus sur les phénomènes physiologiques en jeu dans le chant diphonique  http://crem-cnrs.fr/clefs-ecoute/animations/diphonique/hai1.html

  • Chant des Inuits

Voici un exemple de chant inuit.

 


Duo entre deux femmes, ou duel? Notez l’importance du rythme du souffle (il faut pouvoir tenir la cadence face au partenaire qui impose la mélodie!) et les sonorités très gutturales. C’est en effet un chant de gorge et non pas de la musique à proprement parler, mais un jeu vocal où la compétition a sa place.

  •  Yodel

Le yodel est un chant caractérisé par une alternance de voix de poitrine et de voix de tête. Vous pensez bien sûr au chant tyrolien alpin, mais on retrouve aussi le yodel en Asie, en Océanie et chez les Pygmées. De véritables performances sont réalisées grâce à ce type de chant!

« La musique des Pygmées est fonctionnelle, liée directement à leur vie sociale et religieuse. Elle est essentielle au bon déroulement des activités principales de la vie de tous les jours. On chante donc quotidiennement et les enfants, dès leur plus jeune âge, baignent dans cette ambiance où leur apprentissage est pris fort au sérieux. C’est que les Pygmées n’aiment pas les erreurs. Très tôt, on s’entraîne à posséder les différentes formules qui permettront d’être une maille supplémentaire de la polyphonie, formules interchangeables destinées à éviter l’unisson.

(…) Un ensemble complexe de sons et de chants et une musicalité constante. D’ailleurs, les langues parlées par les Pygmées sont des langues tonales, ce qui explique beaucoup puisque déjà, pour savoir parler, il faut quasi savoir chanter ! »  Source : http://www.lamediatheque.be/dec/pays_regions_peuples_villes/africalia/afrique_centrale/le_chant_des_pygmees.php?reset=1&secured=

Testez-vous avec ce quizz d’écoute musicale et éléments de compréhension du chant pygmée ici.

 

A lire aussi, cet article présentant  l’ouvrage de Laurent Legrain sur les chants des Darhad de Mongolie.

 

Après ce petit tour d’horizon, peut-être voudrez-vous en savoir plus sur ces chants harmoniques? Si oui, visitez cette page du chercheur Tran Quang Hai.

 

Et puis, pourquoi pas, essayer avec votre propre voix d’approcher ces sonorités si particulières? Toujours sans se faire mal, en douceur! Bonnes écoutes.

Quand nous osons exprimer notre voix, nous nous offrons une chance de nous révéler aux autres et de vivre des relations facilitées et épanouissantes, en harmonie avec notre identité profonde. Je crée des espace-temps pour vous aider à vous exprimer votre intériorité en douceur, à votre rythme, et à trouver votre place unique et juste. Découvrez mes parcours guidés en mots et en voix!