Voie de reconversion: Magali, d’enseignante à énergéticienne

Aujourd’hui, je rencontre Magali Le Boulbar, ex-professeure d’anglais devenue énergéticienne. Un parcours pour le moins atypique, exemple d’une femme qui a suivi sa petite voix hors des sentiers battus. NDLR: interview réalisée en avril 2016

Qu’est-ce qui a déclenché ton désir de reconversion professionnelle et quelles en ont été les étapes ?

Je suis devenue professeure d’anglais en collège par vocation et c’est donc très motivée que j’ai commencé ma carrière. Pourtant, très rapidement je suis très déçue par la « machine Éducation Nationale ». Inutile de rentrer dans les détails car je suis sûre que beaucoup comprendront…

Donc l’idée de changer de métier m’est venue dès ma première année sans cependant l’envie ni le courage de le faire. Je me disais juste qu’au bout de 10 ans, je commencerais à réfléchir à une autre carrière et qu’en attendant, je voulais quand même voir ce que ça donnait.

 

Au fil des années, ma déception s’est accentuée et j’ai dû faire face à des angoisses qui ont changé beaucoup de choses dans ma vie. Ajoutez à cela des directives de l’administration que je ne supportais plus, des projets qui m’ont été refusés, la frustration est montée crescendo. Pourtant, je ne passais pas à l’acte. Jusqu’au jour où ça n’a plus été possible! Je me suis renseignée sur les démarches à effectuer pour démissionner. J’ai vu que cela pouvait prendre du temps et qu’on pouvait me la refuser. C’est pourquoi j’ai demandé une mise en disponibilité dans un premier temps. Elle m’a été accordée malgré ma demande tardive (juin pour septembre).

 

Un an plus tard, j’ai demandé ma démission avec IDV pour créer mon entreprise. Le versement s’est effectué en deux temps. La moitié de l’indemnité est versée au moment de la création de l’entreprise et la deuxième moitié un an plus tard. Le calcul de la prime dépend de l’ancienneté mais aussi de l’académie. Certaines académies sont plus généreuses que d’autres.

 

Comment as-tu réussi à trouver ta nouvelle voie ? En quoi le fait d’avoir été enseignante t’a aidée ou au contraire freinée pour exercer ton métier actuel ?

 J’avais déjà l’idée d’être thérapeute depuis un moment sans rien de très précis cependant. Je savais aussi que je ne voulais pas me lancer dans une formation mais m’exprimer dans un métier à ma façon, avec l’idée que j’avais quelque chose en moi à exprimer. Et puis, c’est en m’arrêtant que j’ai pu réellement aller jusqu’au bout de mon intuition. Depuis bien longtemps, je lisais des livres de développement personnel, m’intéressais à la physique quantique, à l’énergétique, aux chakras… J’ai pu poursuivre mes recherches mais aussi faire de nouvelles rencontres qui m’ont aiguillée. J’ai commencé les soins énergétiques et ma clairvoyance s’est développée. Il m’a fallu ce temps sans rien. Tant que je continuais d’enseigner, je n’avais pas de temps à consacrer à autre chose.

 

Avoir été prof m’a plutôt aidée. Même si l’on est spécialisé dans une discipline, au quotidien, les enseignants sont plutôt multi tâches et donc pleins de ressources!

 

Bien souvent les enseignants pensent qu’ils sont limités par les diplômes… pour se reconvertir. Ils pensent qu’il leur faudrait des années pour se former et abandonnent donc l’idée avant même d’y songer sérieusement. C’est peut-être le cas pour certains métiers peut-être mais pas pour tous. Il y a bien sûr la possibilité de créer son activité. Pour cela, c’est simple, une seule question à se poser : qu’est-ce que j’aime faire et pour lequel je suis doué(e) ? Commencer par faire des petites listes, laisser aller son imagination. Les idées ne peuvent pas venir si l’on se dit que ça n’est pas possible. Ça peut prendre du temps mais ça vaut la peine. Juste laisser la porte des envies ouverte !

 

As-tu été aidée par des personnes ou des dispositifs de l’Education Nationale et/ou as-tu effectué les démarches relatives à ta reconversion en cherchant de l’aide à l’extérieur ? Dans ce dernier cas, peux-tu donner des pistes susceptibles de servir à d’autres personnes ?      

 

Je n’ai pas fait appel aux aides à la reconversion et ne peux donc pas en parler.

En revanche, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui ont décidé de créer leur activité suite à un burnout ou par ras-le-bol et l’envie d’autre chose, d’une meilleure qualité de vie…. Je sais que beaucoup de structures se développent pour aider ces personnes à développer leur projet.

 

En ce qui me concerne, Facebook m’a beaucoup aidée. J’y ai découvert des groupes d’entraide pour lancer son activité, se faire connaître, créer son site….. J’y ai trouvé de l’inspiration, du soutien, des conseils et ai fait de très belles rencontres.

 

  •     Quels conseils pourrais-tu donner aux enseignants qui hésitent à se reconvertir dans une profession libérale et se sentent bloqués dans leur situation professionnelle actuelle ? Que dirais-tu face à l’argument du manque d’argent/de temps pour investir et/ou se former, la peur de ne pas faire de chiffre d’affaires suffisant etc ?

 

Il me semble que l’on passe bien trop de temps au travail pour avoir une activité que l’on n’aime pas, qui nous stresse et nous rend malheureux.

J’étais fermement décidée et rien n’aurait pu me faire changer d’avis ! Et puis je crois qu’aujourd’hui, c’est beaucoup plus facile. De plus en plus d’enseignants démissionnent pour créer leur activité et en vivent très bien. Il y a plein d’histoires très inspirantes, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Le fait de voir que d’autres l’ont fait aide beaucoup.

 

  •     Un mot pour la fin ?  Un conseil en lien avec ta pratique professionnelle à destination des enseignants en voie de reconversion qui se cherchent ?

Je n’ai jamais regretté mon choix. J’ai créé l’activité qui me convient et dans laquelle je peux m’exprimer comme bon me semble, sans limites ni directives qui ne me correspondent pas. Je peux m’organiser comme je le souhaite. Et puis, au fil du temps mon activité se diversifie, d’autres idées me viennent, d’autres projets vont bientôt se mettre en place. J’apprécie tellement de me sentir complètement libre, de créer plusieurs activités complètement différentes si je le souhaite. Pour moi, cela n’a pas de prix !

Merci à Magali. Vous pouvez la retrouver ici: https://magalileboulbar.com/