On lit en moi comme dans un livre ouvert

On lit en moi comme dans un livre ouvert

« Un jour je dirai tout. One day I’ll tell everything.
Alors mon monde s’effondrera pour de bon, ou peut-être bien qu’au contraire il reprendra enfin forme et moi sa place au-dedans.
My whole world might then crumble, or it might actually embody all my desires and becomes a place where I find my place and peace. »
Retrouvez mes poèmes ici: mariondorval.home.blog

 

Longtemps j’ai été persuadée qu’on pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert.

Marcher dans la rue pouvait être problématique à de multiples niveaux liés à la peur d’être dévoilée.

La peur d’avoir un regard qui pourrait offenser quelqu’un, sans volonté de ma part, et que de là surgisse un conflit entre ce que j’aurais laissé échappé comme mauvaise tête et ce que l’autre aurait reçu comme une injure, un reproche tacite.

La peur qu’on me juge comme bizarre, qu’on rie de moi.

De fait, la peur de passer devant des groupes de gens, particulièrement des adolescents, parce qu’un ado en bande, ça rit fort et tout et de rien pour pavaner, se donner une contenance et pallier sa propre fragilité.

La peur d’être reconnue par quelqu’un et d’être prise en flagrant délit de sale gueule, pas belle à voir, mon air de tous les jours: effarouché, inquiet, crispé.

Les premières minutes après avoir rencontré quelqu’un, j’évaluais intérieurement si l’autre m’avait captée: est-ce que j’avais réussi à faire bonne figure, ou est-ce que j’étais déjà cataloguée comme la faible de service?

J’avais peur d’être une cible.

En fin de compte, j’avais surtout peur qu’on me sente vulnérable, convaincue que la peur se reniflait de loin.

Je croyais qu’on pouvait deviner rien qu’à mon visage, ses expressions, ma voix, ma posture, tout ce que j’avais vécu.

Comme si toutes les histoires que j’avais traversées étaient tatouées sur mon visage.

J’imagine alors tous ces visages parlant à qui mieux-mieux:

« il m’a quitté après m’avoir trompée pendant dix ans sans que je ne voie rien, je dois vraiment être idiote! »

« j’avais sept ans, j’avais confiance en les adultes, après plus jamais »

« les autres m’ont toujours abandonnée, est-ce que tu vas faire pareil quand tu te rendras compte que je ne vaux rien? »

« avant, j’avais une fille, c’était avant, je ne peux jamais dire « je suis orphelin de mon enfant »

« je porte des manches longues car mes bras sont scarifiés »

Des bouts d’histoires, des traumatismes grands ou petits, récents ou enfouis, et tout ce qu’on se raconte sur soi pour croire que personne n’acceptera ce vécu.

Au fond, ces visages racontent un peu tous la même chose:

Je préfère te le dire: je ne suis pas ce que tu crois.

J’ai si peur que tu découvres ma fragilité, que tu saches comment tu peux m’atteindre, me faire mal, me faire tomber à terre, m’humilier.

Je suis persuadé que tu ne me comprendrais pas et pire, tu me jugerais sur pièces si tu t’apercevais que je ne suis pas ce que je montre.

J’ai si peur que tu voies mes failles, que tu veuilles en savoir plus, que tu remues le couteau dans la plaie, que tu en joues pour me faire souffrir.

Mais si je suis honnête vis-à-vis de moi, je suis incapable de voir mes forces.

Je crois porter uniquement le poids de mes fragilités et j’ai honte, si honte qu’on puisse de suite deviner que je ne suis pas ce super humain qui a tout surmonté sans aucune trace.

Je me raconte que j’ai des tares, qu’elles m’empêchent d’être fort.

Je souscris à cette histoire de de voir se montrer parfaitement invincible en toutes circonstances, sans jamais y associer les blessures.

Et pourtant…

Qui n’a jamais été blessé ne peut éprouver sa force.

Qui ne se montre jamais vulnérable ne peut faire de lien humain.

Qui se cache sous une apparence lisse par peur d’être inférieur attire l’indifférence ou le mépris, et confirme ainsi la croyance qu’il n’est pas valable aux yeux des autres.

Alors, le livre ouvert? Il faut le laisser grand ouvert, se mettre à nu sans protection, devant n’importe qui?

Non. Simplement, connaître son histoire, l’assumer, savoir la raconter avec ses propres mots, à ceux à qui l’on choisit de faire confiance.

Retrouver cette sécurité intérieure qui permet un espace entre moi et l’autre, ne pas me sentir envahi, pouvoir jouer de la distance et savoir s’éloigner si besoin, ou se rapprocher si la confiance est là. Envisager la relation à l’autre comme un processus progressif de dévoilement et non pas « je vais devoir tout de suite tout dire pour qu’ils sachent qui je suis ».

Savoir choisir ce qu’on dit de soi, voilà qui est précieux: je n’ai pas peur qu’on croie des choses de moi puisque je me sens à même de dire ma vérité, ou des morceaux de celle-ci, de la façon qui me convient, en me respectant, sans avoir peur d’en dire trop ou pas assez.

Savoir se livrer de façon dosée, une compétence qui aide à amoindrir ce sentiment terrifiant d’être comme un livre ouvert.

Et d’abord, savoir se dire, donc savoir s’exprimer déjà devant soi, être à l’aise face à son propre regard. Voilà le sens de ma démarche avec Mémovoix: créer des espace-temps où l’on peut baisser le masque sans crainte, et étoffer son estime de soi comme un vêtement protecteur mais non dissimulateur. Retrouver la liberté de montrer de soi ce que l’on veut, tout en respectant sa nature profonde.

Cela commence donc par recréer un lien sécure de soi à soi, ne plus vivre dans cette illusion que toute relation est synonyme de danger si l’on découvre nos failles.

Et avant tout, avoir plaisir à explorer ses différentes facettes, pour non pas lutter contre ses peurs, mais magnifier ses vulnérabilités en en faisant des forces.

Forts d’avoir vécu, nous pourrons partager, à notre façon et notre rythme, à qui nous estimons dignes de notre confiance, nos fragilités, nos doutes et nos blessures, pour confirmer à l’Autre que nous le comprenons  et pouvons tisser du lien avec lui parce que précisément nous sommes juste humains nous aussi.

Pour recevoir ma lettre mensuelle d’inspiration avec des questions pour trouver en soi l’écho intime qui fait avancer et oser: 

blog Mémovoix Marion Dorval

Ce sentiment de décalage permanent

Ce sentiment de décalage permanent

 sentiment de décalage

 

 

 

 

 

 

 

 Comment expliquer aux autres qu’on ne se sent pas comme eux ?

Comment comprendre ce qui nous fait nous sentir si différent au tréfonds de nous-même ?

Comment faire pour ne plus souffrir de ne pas rentrer dans les cases ?

 

Moi, Marion, je ne rentre pas dans les cases – du moins c’est ce que je me dis – et de fait, je suis souvent en décalage avec les autres. J’ai réussi à composer avec ce sentiment sans que cela devienne une idée fixe, un problème ou la seule identité que je m’autorise.

Ce billet n’a pas pour but de répondre à ces questions en « comment ». Ma démarche a pour but de proposer une mise en lumière différente, non pas de donner des clés ou des solutions toutes faites. J’estime que chacun a en lui les ressources pour s’approprier ce qui lui parlera – ou non. Ma mise en questions a donc pour intention de provoquer chez vous un écho, et c’est à partir de cela que vous trouverez de vous-même des éléments de réponse. Je partage ma réflexion à partir de ce que j’ai vécu personnellement et de ce que je mets en pratique avec Mémovoix. Libre à chacun de construire sa propre voie, en laissant résonner mes mots et en mettant en acte un chemin qui ressemble à ce qui brille au fond de nous…

 

Les deux niveaux de décalage

Le sentiment de décalage peut se définir à deux niveaux à mon sens.

Le premier niveau est celui des faits. Par rapport à la norme, et donc aux multiples sous-normes qui existent dans toute vie en société, nous pouvons nous sentir en décalage. Par nos choix de vie, nous ne nous dissolvons pas dans la norme et n’obéissons pas, ou seulement en partie, aux codes sociaux. Ces choix peuvent correspondre aux orientations sexuelles, politiques, religieuses, philosophiques, aux choix alimentaires, vestimentaires, géographiques, consommatoires… tout comme aux modes de pensée qui relèvent d’un choix conscient ou bien d’un fonctionnement neurocognitif différent (ou du moins vécu comme tel par rapport à la norme). Chaque acte, chaque décision que nous posons va en effet tendre à nous rapprocher ou nous éloigner des normes. J’entends par norme ici, « ce qui a cours la majorité du temps, qui est couramment pratiqué, pensé, observé, vécu ». En gros, c’est la tendance majoritaire… Objectivement, celui ou celle qui ne suit pas les tendances est en minorité et peut donc se sentir en décalage.

Le deuxième niveau de décalage que j’entrevois est celui du sentiment. Ce sentiment est intrinsèquement lié à celui d’appartenance. Nous l’alimentons plus ou moins, selon que nous souhaitons appartenir à un groupe, une communauté, ou au contraire que nous souhaitons nous en détacher. Nous avons donc une marge de manoeuvre quant au fait de décider si nous voulons vivre ce décalage comme problématique, neutre, joyeux, et toutes les nuances entre ces positions.

 

Que faire du sentiment de décalage ?

Confronté à ce sentiment de décalage, nous avons toujours le choix. Comme chaque fois que nous sommes face à une émotion, un affect, il est de notre responsabilité de le « digérer », de l’intégrer dans notre vécu pour lui donner un sens – y compris celui de décider qu’il n’a pas de sens et donc pas sa place en nous .

Quelles réactions quand au milieu d’une assemblée, on se sent le seul à penser, vivre, agir de la façon qui est la nôtre ?

  • honte, dissimulation, masque social, mise en place du mode caméléon
  • exacerbation, valorisation, mise en avant de ce qu’on ressent comme sa différence, avec ou sans justification
  • plainte, tristesse, sentiment de rejet, d’exclusion
  • constat des différences et réassurance intérieure : « je sais qui je suis, ce que je vaux, je n’en veux pas à personne. Je suis digne d’être aimé, reconnu, compris, accepté, et les autres le sont aussi. ».

 

Changer son discours intérieur

Pour parvenir à se détacher et ne pas vivre son décalage dans la revendication, la lutte ou la honte, il faut bien sûr observer ce que cela dit de soi…

Quelques questions à se poser, qui peuvent aider à se positionner et à élargir sa vision de soi et des autres :

  • à partir de quels éléments je me définis ?
  • Ai-je besoin de me définir aux yeux des autres, et si oui pourquoi et comment ?
  • de quoi ai-je peur quand je me sens en décalage ? Qu’est-ce qui se passerait si au contraire tout le monde pensait, agissait comme moi ?
  • Comment est-ce que je me comporte quand je rencontre des gens avec qui je m’estime en décalage ? Comment je me comporte quand je rencontre des gens que j’estime en décalage avec moi ?
  • Qu’est-ce qui est à l’origine de mon sentiment de décalage et est-ce que j’ai tendance à le nourrir, si oui de quelles façons ?
  • Qu’est-ce que j’attends des autres, finalement?
  • Y a-t-il des situations, des personnes avec qui je ne ressens pas de décalage ? A quoi cela tient-il ?

Cette dernière question est à mes yeux la plus importante car bien explorée, elle apporte des éléments de réponse pertinents.

 

Ce que nous disons de nous traduit ce que nous disons des autres…

 

Si je me raconte que je suis en décalage, je présuppose qu’il y aura toujours un fossé entre les autres et moi. Je mets en place un biais cognitif qui me prédispose à agir et me montrer comme quelqu’un d’a-normal (en dehors de la norme, quelle qu’elle soit).

Quel est mon mouvement ? Aller vers les autres, ou bien rester à distance ? Un peu les deux, tantôt l’un tantôt l’autre?

Il n’y a aucune réponse juste. Il y a juste la réponse qu’on fait à un moment donné, dans une situation donnée.

Nous sommes libres de croire, d’exprimer avec nos mots, que nous sommes en décalage.

Nous sommes tout autant libres de croire et d’exprimer nos points communs avec les autres et au-delà des différences, d’expérimenter et de savourer ce qui nous rassemble. C’est la mise en pratique de l’irénisme. Le sentiment d’humanité, la joie qui en découle, s’éprouve quand on ne cherche plus à savoir si l’on rentre ou non dans les cases.

De là, peut-être, peut s’élaborer ou se reconstruire, une sécurité intérieure qui donne la vraie liberté d’être soi.

De là peuvent se vivre de nouvelles normes, des normes élargies, qui nous autorisent à différer, sans se positionner systématiquement dans de l’opposition ou du rejet, mais avec la conscience de se savoir faire partie d’un tout, pleinement confiants et apaisés par rapport au vécu de nos singularités.

Marion

Pour recevoir ma lettre mensuelle d’inspiration avec des questions pour trouver en soi l’écho intime qui fait avancer et oser: 

blog Mémovoix Marion Dorval

Conte créatif: Les succulents ratages

Conte créatif: Les succulents ratages

 perfectionnisme

Les succulents ratages

 

Regarde, comme cela aurait presque l’air bon! Comme on dit : “il n’y a que des bonnes choses dedans, ça ne peut pas être mauvais.”

Je me prête souvent au jeu de l’improvisation culinaire, puisque finalement improviser vocalement a contaminé mes autres tâches quotidiennes, mes gestes envers moi et envers les autres aussi. Prise d’un élan de spontanéité, j’ai rassemblé le matériel et les idées en vrac.

J’ai pris ce qu’il fallait pour ce qui devait ressembler à un crumble salé vegan. Au final, ça n’a pas pris du tout… en apparence, la forme est respectée. ça c’est tout l’impro: tu penses que tu vas obtenir un résultat joli, parce que tu as réuni les ingrédients nécessaires. En fait de joli, tu as quelque chose d’immangeabe! La sauce n’a pas pris entre eux, la mayo n’a pas monté. 

Déçue? Oui, tant d’efforts, tant d’attente pour un si piètre résultat. Et après? J’ai bien ri, figure-toi. L’impro m’apprend ça, depuis toujours: espère, et tu seras déçu. Libère, et tu pourras rire si c’est raté à ton goût, savourer sans retenue si ça te plaît. Si tu as le moindre attachement, alors l’expérience se révèlera douloureuse pour ton ego: quoi, j’ai raté, je suis nulle… Bien sûr, ce sont les principes de base de la méditation, que crois-tu? Chaque action est propice à méditer, surtout celles qui consistent à cuisiner et à chanter. 

Et surtout surtout: tu ne t’appesantis pas, oh non pas de lourdeur, tout se joue dans l’instant. Ne crois pas que ce ne sont que des one shots qui se succèdent, sans queue ni tête, bouts de recettes, bouts de relations, bouts de sons… non: c’est un apprentissage, car à chaque essai, chaque élan, ton corps réagit pour t’indiquer si la voie est quelque part par là. ça se construit par strates, des lamés de pâte feuilletée, au fil du temps. Ne sois pas pressé, joue simplement.

Au fond, on devient aiguilleur de son propre ciel. Les envolées peuvent bien retomber comme un soufflé, il restera l’élan. C’est ça qui compte: tu as mis tes mains dans la farine, tu as osé les mots devant lui, tu as tenté sans aucune certitude sur le résultat. Expérience concrète et si intime à la fois, qui pourrait croire que c’est juste avec ce qu’on trimballe du matin au soir entre nos os, qu’on parvient à cheminer vers le coeur de soi? 

Bien sûr j’ai pris la photo du ratage: c’est là que c’est succulent! On peut tout imaginer: la prochaine fois, un peu plus de farine ou un peu moins d’huile? Que rajouter, qu’est-ce qu’on peut enlever?  (suite en commentaire)

Tu sais, tu me demandais l’autre fois: et si je déraille quand je chante? Et si finalement ma voix sonnait affreusement, au point que je développe un complexe?

Alors j’espère que mon échec patent dans mon petit labo de cuisine t’aura aidé à comprendre: plante-toi, plante-toi pour de bon les deux pieds dans la terre ou plutôt la voix à fond pour faire résonner ton arbre-tronc (tu te souviens, le tronc-caisse de résonance?), sinon jamais l’écho de ta voix ne montera à toi, jamais tu ne sauras de quoi tu es capable, jamais tu ne goûteras ni n’entendras de quoi tu es fait. Lance-toi pour le jeu, pour chercher sans attendre, pour conquérir sans gloire et pour avancer sans jamais arriver quelque part.

Rater est bon, c’est préparer le meilleur, se connaître sur le bout des doigts, explorer son territoire sans le circonscrire, l’étendre là où ça fait du bien – oui, va là où ça fait du bien, là où tu peux rire de toi, déguster tes réussites sans les retenir, sans avoir peur de ne pas pouvoir les reproduire. Improvise et joue. Tant pis si ça sonne dégueulasse: tu iras chercher dans une autre gamme plus tard, la prochaine fois! 

J’ai déjà hâte de remettre mes mains dans la pâte, je sais que mon corps et ma tête ont tout enregistré des textures et des proportions appropriées, du moins plus à mon goût! 

A nos succulents ratages, tu me raconteras les tiens, dis?

Marion

 

Lire c’est bien, vivre c’est mieux.

Pour renouveler son regard sur soi et ce qui nous entoure, je vous invite dans mon Labo créatif :

Quelqu’un qui me comprenne

Quelqu’un qui me comprenne

se sentir compris Splashing meme, MdV 2020.

« Pour me comprendre, il faudrait savoir qui je suis

Pour me comprendre, il faudrait connaître ma vie

et pour l’apprendre, devenir mon ami.

Pour me comprendre il aurait fallu au moins ce soir

pouvoir surprendre le chemin d’un de mes regards

tristes mais tendres, perdus dans le hasard. » Michel Berger, Pour me comprendre

 

A la recherche d’un autre que soi qui porterait en lui les mêmes élans, les mêmes terreurs, les mêmes regards, voilà à quoi nous passons notre vie: chercher en l’autre des signes confirmant notre identité et nous faisant nous sentir moins seuls. L’altérité vécue comme recherche d’une gémellité initiale, nous qui sommes devenus un à partir de deux individus. Irrémédiablement seuls.

 

Il y a ceux qui sont censés nous comprendre d’office, du moins c’est ce qui se raconte et c’est ce qu’on s’obstine à croire pour éviter de réaliser que ça ne marche pas toujours aussi bien qu’on le voudrait… Famille : incompréhension? Revient souvent cette idée d’être le vilain petit canard, celui qui n’a pas rempli les obligations attendues de l’enfant parfait. Celui qui est un peu à part, qu’on ne comprend pas bien. Et tous les autres qui gravitent autour de nous et qui pourraient nous comprendre si la théorie matchait la réalité: les mêmes valeurs, les mêmes goûts, et pourtant il ne se passe rien. Incompris, nous ne comprenons pas pourquoi alors que nous avons tout pour nous entendre, l’alchimie ne prend pas.

 

Il y a ceux qui débarquent dans notre vie et nous comprennent sans mot dire. Ils nous ont reconnus, de cette reconnaissance tacite – pas magique – qui fait qu’on se sent en confiance durablement. Cet accord donné dès le départ est de celui qui aide à être soi-même en présence de l’autre, à assumer les parts de soi qu’on cache le reste du temps. A oser s’affirmer et forger son identité au contact d’autrui, ce qui revient à aimer l’altérité quand elle est à l’opposé de notre fonctionnement. Une fois compris, la peur de l’autre diminue: nous savons que nous pouvons être en sécurité émotionnelle avec celui qui nous comprend. Il est donc possible d’exister en étant bien en soi, et d’évoluer en respectant ce qui fait l’essence de notre être.

 

Les reconnaissances mutuelles sont inattendues et n’obéissent à aucune règle, c’est pourquoi elles déjouent les plans des conventions sociales.

N. avait dix ans cette année-là. C’était la petite fille que j’étais à son âge, en mieux (elle, mieux que moi). Pour un enseignant, il est indispensable de se comporter avec justesse et équité envers tous. Il me fut difficile parfois de retenir les preuves de mon affection envers N. Je m’efforçais de garder une bienveillance neutre. Et puis un jour fut plus douloureux que les autres pour elle. Les enfants sont cruels entre eux parce qu’ils savent détecter les failles et mettent à nu la vulnérabilité des pairs. N. avait été blessée au plus profond d’elle-même et pleurait au retour d’une récré. Il aura suffi de quelques minutes à écouter, parler, pour que N. soit rassurée, au moins pour un temps. J’avais vu sa blessure, elle avait pu parler, j’ai mis les mots qu’il fallait. ça n’était rien si ce n’est que je savais ce qu’elle ressentait, jusque dans mes tripes.

Nous avons scellé un pacte ce jour-là: on s’était comprises, je l’avais reconnue. Et elle aussi m’avait reconnue, je crois.

 

Etre compris c’est être reconnu. Un sentiment de déjà vu qui aide à élargir ses visions personnelles et s’ouvrir un peu plus, un peu mieux, dans la confiance et le respect mutuels . Si nous restons réceptifs et à l’écoute de notre petite voix intérieure, nous pouvons sentir cet élan vers des personnes sur la même longueur d’onde que nous. Les appels d’âmes voisines sont plus nombreux qu’on ne le croit; je pense qu’en sachant intimement que nous ne sommes pas des esseulés mais plutôt des fragments éclatés d’une même roche, on peut gagner la certitude de pouvoir rencontrer un jour quelqu’un qui nous comprenne vraiment.

                                                                               marion dorval