Au secours, je suis une éponge à émotions


éponge à émotions hypersensible

Est-ce qu’il t’arrive parfois, ou souvent, de te retrouver dans les situations suivantes:

– tu te sens submergé par tes émotions?

– tu ressens très fort les choses, les personnes, les lieux au point de ne plus pouvoir passer à autre chose?

– tu mets beaucoup de temps à revenir à ton calme intérieur

– tu passes très vite d’un extrême émotionnel à l’autre comme sur des montagnes russes?

Tu es une éponge à émotions. Et ce n’est pas grave. Ici, il n’est pas question de changer ta nature ni ton fonctionnement. Aucune émotion n’est bonne ou mauvaise en soi: chacune a sa raison d’être.

  • Que se passe-t-il au juste quand on absorbe trop d’émotions?
  • Comment faire pour rester une éponge émotionnelle mais ne plus en souffrir?

Une éponge à émotions, qu’est-ce que c’est?

Comme l’éponge, on se gonfle de tout ce que l’environnement nous donne à vivre. Tu vis tes émotions de façon très intense et tu ressens également celle des autres: double dose. Tu arrives alors à saturation, tout comme l’éponge devient pleine d’eau. C’est le signe que tu as dépassé ta limite d’absorption des émotions.

Il est nécessaire d’essorer l’éponge  pour l’utiliser à nouveau, tout comme il est fondamental que tu puisses extérioriser tes émotions. L’éponge ne peut plus jouer son rôle si elle n’est pas essorée.

C’est seulement après que l’éponge peut reprendre forme, tranquillement. Nous avons intérêt nous aussi à laisser partir ces émotions pour faire place à d’autres expériences, en nous ménageant une pause.

Reprends conscience de ton corps

C’est difficile de savoir ce qui nous arrive: parce que lorsqu’on se sent mal, c’est que la dose émotionnelle a été trop forte. Il est trop tard pour arrêter le flux émotionnel. Tu es gorgé d’émotions comme une éponge pleine d’eau.  Mais ce n’est pas trop tard pour prendre conscience de ce que tu ressens:  qu’est-ce qui parle au niveau de ton corps? Le corps se manifeste et ainsi tu peux te sentir

noué au niveau du plexus

oppressé au niveau de la poitrine

spasmé au niveau du ventre

– avec un noeud dans la gorge

– avec le coeur prêt à exploser

– … la liste est loin d’être exhaustive.

Observe tes sensations physiques. Elles t’indiquent les limites au-delà desquelles tu te sens mal avec tes émotions. Se remettre à l’écoute du corps est une étape indispensable et ce n’est pas la peine d’aller plus loin tant qu’on n’a pas acquis ce réflexe de se reconnecter à soi.

Prends 30 secondes une ou plusieurs fois par jour pour revenir à tes sensations physiques et vérifier où tu en es par rapport à ton seuil limite.

Grâce à quelles sensations sais-tu que tu approches de la goutte d’eau qui va faire déborder le vase?

Laisse s’exprimer jusqu’au bout tes émotions

Laisse-toi le temps d’exprimer ce que tu ressens pour mettre de la distance et ne plus te sentir envahi par ce que tu ressens ou ce que ressentent les autres autour de toi.

Ecris, parle à voix haute, sans retenue, tout ce qui te traverses. Petit à petit, si tu pratiques régulièrement, tu deviendras capable d’affiner tes observations et de nommer plus précisément tes émotions. Cela t’aidera à prendre davantage de recul et à comprendre que tu n’es pas identifié à tes émotions: elles ne font que te traverser. Laisse le courant passer…

Tu peux également t’aider des pratiques créatrices, comme ce que je mets en place autour de la voix. C’est l’occasion de pouvoir retrouver un espace-temps pour être complètement toi-même, lâcher prise sans te censurer, laisser sortir ce qui demande à s’exprimer et que tu retiens en toi.

Fais la place au silence pour faire revenir le calme intérieur

Si tu viens de vivre un épisode de montagnes russes émotionnelles, il te sera indispensable de recharger tes batteries. Car être une éponge émotionnelle c’est aussi dépenser beaucoup d’énergie pour masquer ce qui nous tracasse ou nous envahit. C’est continuer à avancer, à vivre, tout en portant une charge très forte en soi. Alors quand tu as laissé la possibilité à tes émotions de s’exprimer pleinement, n’oublie pas de faire une pause.

Le silence est l’allié du calme intérieur: pour ménager ton hypersensibilité, il est fondamental que tu puisses faire le vide pour te sentir prêt par la suite à accueillir de nouvelles émotions.

Evite de replonger dans un quotidien effréné dès que tu sens que la vague d’émotions est passée. La dispersion ne ferait que t’entrainer à nouveau dans un tourbillon d’émotions.  Prendre le temps de méditer, ou d’avoir des pratiques se rapprochant de la méditation, permet de finir d’essorer l’éponge émotionnelle et de se sentir comme lavé, régénéré. Ménage-toi des temps de calme le plus régulièrement possible pour apaiser ces montagnes russes émotionnelles.

Pour vivre ta nature d’hypersensible plus sereinement, oser être imparfait et authentique, prendre ta place en respectant ta nature profonde, découvre le guide: 
Le réflexe en 3 étapes quand on se sent bloqué ou éparpillé

Le réflexe en 3 étapes quand on se sent bloqué ou éparpillé

Nous aimerions tous avoir une vie remplie d’émotions positives en quantité suffisante.
Pour ceux qui ont tendance à être de vraies éponges, ça ressemble plutôt aux montagnes russes. Les bas peuvent être très bas, les hauts très… hauts! On peut se sentir bloqué, figé, au creux de la vague. Ou à l’inverse totalement dispersé, éparpillé.
Il est fatigant d’être submergé par des émotions dont on ne sait plus que faire. De ne pas avoir l’énergie pour avancer ou bien de ne plus savoir quelle direction prendre.

J’ai longtemps été le jouet de ces vagues sans fin. Avec le temps et la pratique, il m’est maintenant possible de lisser un peu la courbe de ses émotions pour en garder le meilleur.

Comment faire pour ne pas s’enfermer dans ces états un peu extrêmes?

Tu peux regarder la vidéo en cliquant ICI ou bien lire l’article ci-dessous.

bloqué éparpille le réflex en 3 étapes

Qu’est-ce que tes émotions veulent te dire ?

Relis les mos que j’ai utilisés: bloqué, figé, dispersé, éparpillé.

Si tu y prêtes attention, tu verras qu’ils se réfèrent tous à une même thématique: celle du mouvement, de la dynamique.

Porté par les émotions, tu en viens parfois à oublier ton corps. Or c’est bien lui qui parle, en ce moment:

  • si tu restes immobile dans une certaine posture, tu risques la crampe au bout d’un moment. Tu as bloqué ton énergie.
  • si tu commences à courir dans tous les sens sans trop savoir où tu vas, tu vas vite t’essouffler. Tu as dispersé ton énergie.

Il se passe la même chose quand tes émotions sont tellement fortes qu’elles peinent à trouver comment vivre leur vie : le corps prend des meures pour t’avertir de ce qui se passe. La cocotte minute est à fond, ou bien tu as zéro de tension. Bien sûr, toutes les nuances entre ces deux extrêmes sont possibles!

Etape 1: Observe et ressens! 

Maintenant, porte ton attention au niveau corporel. A l’aide d’un miroir, en te filmant, en faisant un petit arrêt sur image durant la journée. Regarde et ressens:

  • ta façon de de te déplacer quand tu marches, quand tu te lèves, que tu t’assois
  • tes gestes de bras, de mains
  • tes expressions au niveau du visage

Etape 2: Nomme et décris ton attitude

 Rappelle-toi : tu ne te résumes pas à ce que tu observes de toi en ce moment.

Tu es simplement traversé par des émotions intérieures qui se traduisent coporellement par de l’agitation ou du retrait.

 As-tu tendance à faire les choses vite, ou sans élan?

 

 Peut-être as-tu des mouvements saccadés, ou bien très peu de mouvements?

Tu n’es pas forcément dans l’une ou l’autre de ces descriptions: ce sont juste des pistes pour t’aider à poser ton regard sur toi-même. Utilise tes propres mots. Ce sont ceux d’aujourd’hui, n’oublie pas que tout évolue et que la phase actuelle que tu traverses n’est que temporaire.

Etape 3: Remets du mouvement

Tu as tendance à t’agiter inutilement?

  • Ralentis tout.
  • Décompose tes gestes
  • Au moins le temps de faire quelques pas, prends le temps de poser ton pied au sol vraiment.
  • Accomplis tes actions de manière séquentielle: l’une après l’autre, et pas deux en même temps.
  • Prends le temps de savourer le vide, le silence entre deux actions, deux pensées

Tu sembles sans énergie, figé?

  • Tiens-toi plus droit, sans raideur.
  • Souris, même intérieurement.
  • Adopte un pas plus léger, sautillant, même juste chez toi pour quelques secondes.
  • Inspire rapidement en gonflant tes poumons, expirer d’un seul coup
  • N’attends rien: va chercher l’élan et lance-toi sans attendre dès qu’une petite envie se pointe.

Pour aller plus loin

Dans ma pratique, j’accorde une grande importance à la prise en compte de l’expression corporelle.

Nous sommes un univers à nous tout seuls. On ne peut pas dissocier les émotions ni les pensées du corps. Tout ce que tu ressens passe par le corps, d’une façon ou d’une autre. Parfois le corps semble dire le contraire de ce que tu penses.

Je profite d’un temps d’ancrage corporel dans chaque séance pour t’amener à t’observer. Mon but n’est pas de te dire quoi faire ni comment.

C’est de te rendre acteur et créateur. Prendre le temps de s’arrêter sur soi, c’est indispensable pour ensuite choisir la direction à prendre.

A travers cette observation consciente et globale, nous pouvons ensemble détecter les blocages, les envies, ce que tu as en toi qui demande à s’exprimer. Ca passe alors par les mots, par le mouvement, par la voix, ou tout cela à la fois.

Regarde en toi.

Choisis ta voie.

Si tu veux en savoir plur sur la façon dont l’expression créatrice peut t’aider à trouver ta  place et oser aller vers les autres en étant toi-même, rejoins-nous dans le groupe Facebook Hypersensibles et atypiques.  

Je me trouve inintéressant : 3 conseils pour éliminer cette croyance

Je me trouve inintéressant : 3 conseils pour éliminer cette croyance

En tant que personne hypersensible, il vous est sûrement arrivé de vous sentir comme une coquille vide face aux autres. Vous n’avez rien à dire. Vous pensez que vous ne valez pas la peine que les autres s’intéressent à vous.

 

J’ai connu cela : une estime de soi tellement mauvaise qu’on est littéralement bloqué pour sortir de sa bulle et oser aller vers les autres.  Et ce sentiment tenace de se trouver inintéressant.

Imaginez si vous pouviez vous débarrasser de cette croyance : est-ce que vous ne vous sentiriez pas tout simplement libre et fier de vous ?

Voici 3 idées à explorer pour vous sortir de cette pensée qui vous limite.

 

1) Quelles sont les peurs cachées derrière ce sentiment d’être inintéressant ?

Imaginez le pire : quelqu’un vous fait remarquer qu’il vous trouve inintéressant. Comment vous sentez-vous ? Je reconnais que ce n’est pas une expérience agréable même à visualiser ! Mais si vous la faites vraiment, il y a des chances que vous mettiez le doigt sur les véritables peurs en vous. Vous vous sentez nul, vous avez honte, vous voulez disparaître… Parce que l’autre vous signifie que vous n’êtes pas valable à ses yeux. Voilà comment on en arrive à se trouver inintéressant. Ce n’est pas grave en soi, sauf si vous attendez quelque chose de cette personne. Et quoi ? De l’amour bien sûr ! De l’attention, du respect, de la reconnaisance. On y est : lorsque vous attendez que l’extérieur vous apporte la preuve de votre valeur, vous vous sentez vulnérable. Vous attendez que les autres vous aiment à votre place.

 

2) Que trouvez-vous d’intéressant chez les autres ?

Un bon moyen pour se détacher de votre croyance est de prendre de la distance. Changez de focus et pensez à la façon dont vous percevez les autres. Qu’ont-ils de plus que vous qui pourrait les rendre intéressants ? Je suis quasiment certaine que vous surestimez ce que les autres donnent à voir. Or, eux aussi ont leurs failles. Il arrive à tout le monde de se trouver inintéressant. Vous ne voyez que ce que les gens veulent bien montrer d’eux. Rappelez-vous : personne n’est parfait. Vous comparer aux autres est le meilleur moyen de vous sentir inférieur à n’importe qui. Pourquoi ? Parce que vous imagienz que vous devez prouver aux autres que vous êtes intéressant en permanence. Cela n’existe pas. Il n’y a rien à prouver aux autres. Quel que soit votre mode de vie actuel, vous valez autant que n’importe qui.

 

3) Quelles parties de votre monde intérieur pouvez-vous mettre en valeur ?

Ce qui compte pour éviter de vous comparer inutilement, c’est justement de partir de ce qui fait votre différence. Qu’est-ce que vous avez plaisir à faire ? Quelles sont vos passions ? Vos talents, vos sujets de prédilection ? A quoi aimez-vous passer votre temps ? Il y a des chances que vous connaissiez un sujet dont vous pourriez parler pendant des heures ! Bien sûr, il ne s’agit pas de changer du tout au tout et de parler sans s’arrêter de vos passions. Il s’agit plutôt de prendre conscience que vous avez une vie intérieure riche, même si vous ne l’exposez pas beaucoup ou pas du tout aux autres. La prochaine étape pour vous sera alors de vous entraîner à déterminer les sujets sur lesquels vous pouvez facilement vous exprimer. Si vous êtes passionné, vous verrez qu’il est plus facile de parler de ses centres d’intérêt car alors vous vous concentrerez sur ce que vous dites. Pas sur vos ressentis, et pas sur vos jugements internes. C’est ainsi qu’on élimine doucement mais sûrement le sentiment de se trouver inintéressant.

 

Alors, comment faire concrètement ?

 Les pratiques créatrices sont un excellent moyen pour à la fois cultiver son monde intérieur et le partager par l’intermédiaire de ses créations. Montrer aux autres un peu de soi à travers ce qu’on écrit, ce qu’on chante, ce qu’on dessine… c’est s’exposer à sa façon et retrouver l’estime qui fait défaut quand on se trouve inintéressant. Cultivez votre créativité et vous vous sentirez suffisamment riche intérieurement pour dépasser la croyance que vous n’avez rien à partager.  Cela ne demande pas de devenir doué dans un domaine artistique! Il s’agit plutôt de retrouver plaisir à agir par soi-même, réussir à accomplir de petites choses qui font remonter l’estime de soi. Pratiquer un art c’est aussi un bon moyen de trouver des points communs avec d’autres personnes, donc pouvoir créer des relations basées non pas sur l’apparence mais sur ce qui fait votre authenticité. Vous donner cette chance, c’est vous aider à exprimer davantage votre voix unique et prendre votre place à votre façon.

 

 

Rejoignez un groupe bienveillant pour échanger et partager

Chercher son enfant intérieur, retrouver l’adulte ?

Chercher son enfant intérieur, retrouver l’adulte ?

 

Vous avez certainement entendu parler de l’enfant intérieur. Qui est cet enfant en vous, dont tout le petit monde du développement personnel vous parle, comme l’être à contacter pour se sentir enfin exister ?

 

Je n’aime pas les formules toutes faites et me méfie beaucoup des conseils applicables par tous et donnés par tout le monde : personne n’a le même fonctionnement interne, les mêmes inclinations, les mêmes intérêts à agir de telle ou telle sorte. Pour autant, nous sentons bien tous qu’il redevient plus que fondamental de retrouver ce sentiment d’appartenance collective, cette reliance à ce qui fait notre humanité. Ce sentiment d’universel ne va-t-il pas à l’encontre du développement d’un soi par trop replié sur lui-même, cherchant à tout prix le bien être pour lui seul, sans embrasser dans le même mouvement la dimension du groupe ?

 

Je suis bien piètre élève moi-même quand il s’agit de sortir de la dimension purement individuelle et de penser à la communauté au sens large.

Pour autant, cette notion d’enfant intérieur me questionne.

Je me sens moi-même enfant, parfois vieillarde, parfois jeune adulte. Qu’est-ce que l’âge sinon un paramètre sous le joug du diktat social et le constat de notre évolution physique inéluctable ?

 

Voilà ce que je comprends de tout ce que j’ai pu lire ou entendre sur l’enfant intérieur, et voilà comment je traduis cela et souhaite le reconfigurer dans une vision plus large.

enfant intérieur chantL’enfant intérieur serait caché en nous, il n’est pas visible et c’est à nous en tant qu’adultes d’aller à sa rencontrer, de le sortir de sa cachette. Comme tout ce qui n’est pas dit, l’enfant intérieur contient en lui toutes nos souffrances passées, toutes nos déceptions, nos malaises, mais aussi nos élans contenus, notre vitalité enfouie. Pourquoi vouloir à tout prix considérer que tout cela est recelé au fond de nous ? Vision rousseauiste ou apanage de nouvelles méthodes de développement personnel ? Quoi qu’il en soit, on invoque souvent nos vies trépidantes, le stress inhérent à celles-ci, le conformisme ambiant, pour expliquer le détournement de nos aspirations enfantines. Ceci est particulièrement mis en exergue dans le thème de la vie professionnelle : chacun aurait en lui une passion, un mission, inassouvie, tue, qu’il pourrait retrouver en contactant son enfant intérieur. Cette vision simpliste et angélique n’aurait rien pour me déplaire si elle ne mettait d’un coup l’adulte que nous sommes en face de nouvelles injonctions : trouver à tout prix ce qui était là dans un passé chéri, et qui a disparu en grandissant. D’une part, il est certain que beaucoup d’adultes ne tiennent pas se replonger dans les affres de leur enfance, d’autre part rappelons-nous que nous pouvons évoluer à tout âge : qui a dit que les rêves d’aujourd’hui n’étaient bâtis que sur nos visions d’enfant ?

Qu’est-ce qui apparaît clairement dans cette théorie ? La présence d’un lien enfant-adulte qui aurait été rompu, ce qui interdit donc le continuum de l’un à l’autre.

Bien qu’il semble évident que chaque adulte peut avoir à soigner ses blessures passées, le culte de l’enfant intérieur me semble relever encore d’une autre question : celle d’une quête des temps modernes de l’homme qui ne sait plus exister par lui-même dans l’ici et le maintenant. Ainsi, convaincue de l’intérêt qu’il y a à se connaître et donc à retracer son histoire et savoir quel enfant nous étions, je pense que la notion d’enfant intérieur peut engendrer des attitudes moins bénéfiques que celles attendues.

Avoir quelque chose à réparer, à retrouver, nous occupe et nous détourne du présent. Encore une fois, se pencher sur son passé n’est pas un problème, et se rappeler de qui nous étions enfant non plus. Par contre, considérer qu’il y a une rupture entre enfant et adulte et surtout cultiver cette idée, quand bien même le passage de l’un à l’autre aurait été ressenti comme un fossé, me semble conforter dans l’idée qu’il y a une mission à accomplir pour sauver cet enfant, et le faire revivre.

Mais qui sommes-nous aujourd’hui, sinon la même personne avec quelques années de plus ? Cette lapalissade simplement pour rappeler que le bon sens attend de nous que nous tenions compte des faits, et rien de plus ! Je suis moi-même, aujourd’hui, le prolongement de l’enfant que j’ai été, avec certes des détours, des déchirures, des réalisations, des achèvements…

Je suis donc à la fois une autre personne puisque j’ai par la force des choses changé, et en même temps le même dans un corps qui a grandi, et avec une pensée qui se nourrit de ce que j’ai été enfant. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre.

 

Jusqu’ici rien de très élaboré. C’est pourtant par ce petit changement d’angle de vue que la notion d’enfant intérieur prend un sens différent et peut nous conduire à l’envisager sous un angle bien plus large et à mon sens plus épanouissant.

enfant intérieur voix

Nous sommes un, intérieur et extérieur, et nous sommes un, individu et ensemble.

Cela est ainsi, mais nous cherchons toute notre existence, consciemment ou non, à retrouver cette continuité, à en souffrir parfois aussi tout autant que nous souffrons de nous sentir séparés de nous-mêmes ou des autres. La recherche de l’équilibre se fait sur tous les plans, y compris ceux-ci.

Si je considère désormais que l’enfant intérieur est « l’enfant en moi qui existe encore », et donc qu’il s’agit d’une dimension de mon être adulte qui n’est ni caché ni meutri, mais plutôt une facette de moi que je ne donne pas toujours à voir, ou que je ne cultive pas, au même titre que d’autres dimensions de ma personnalité (la part sombre en moi, l’amoureux en moi, le parent en moi, etc), alors je n’en fais pas « tout un plat ». Je laisse simplement s’exprimer cette part de moi, sans la rechercher à tout prix comme un remède qui me guérirait de tous mes maux et me permettre de me réaliser pleinement.

Car c’est bien en tant qu’adulte que je dois prendre la responsabilité de m’accomplir, indépendamment du poids du passé ou au contraire des élans coupés du passé.

 

Plutôt que chercher son enfant intérieur, je propose de rester attentif à garder un œil d’enfant ouvert sur le monde, à savoir considérer notre unité dans le temps plutôt que rester dans une dichotomie volontaire, et à agir en adulte : c’est à dire profiter de notre connaissance du monde qui nous entoure et de la sagesse que l’âge nous offre petit à petit, pour continuer à rester vivants, éveillés, tels des enfants. Incorporer dans son attitude quotidienne ce qui est généralement vu comme caractéristique d’un comportement enfantin (émerveillement, curiosité, soif d’apprendre, vitalité) nous permet de ne pas détacher l’avant de l’après, mais bien de continuer à grandir.

Voilà de quoi j’essaie de me convaincre moi-même, car j’ai été et suis encore bien sensible au thème de l’enfant intérieur… j’essaie de ne pas oublier l’enfant en moi, j’essaie de ne pas négliger l’adulte que je suis aujourd’hui.