Ce sentiment de décalage permanent

Ce sentiment de décalage permanent

 sentiment de décalage

 

 

 

 

 

 

 

 Comment expliquer aux autres qu’on ne se sent pas comme eux ?

Comment comprendre ce qui nous fait nous sentir si différent au tréfonds de nous-même ?

Comment faire pour ne plus souffrir de ne pas rentrer dans les cases ?

 

Moi, Marion, je ne rentre pas dans les cases – du moins c’est ce que je me dis – et de fait, je suis souvent en décalage avec les autres. J’ai réussi à composer avec ce sentiment sans que cela devienne une idée fixe, un problème ou la seule identité que je m’autorise.

Ce billet n’a pas pour but de répondre à ces questions en « comment ». Ma démarche a pour but de proposer une mise en lumière différente, non pas de donner des clés ou des solutions toutes faites. J’estime que chacun a en lui les ressources pour s’approprier ce qui lui parlera – ou non. Ma mise en questions a donc pour intention de provoquer chez vous un écho, et c’est à partir de cela que vous trouverez de vous-même des éléments de réponse. Je partage ma réflexion à partir de ce que j’ai vécu personnellement et de ce que je mets en pratique avec Mémovoix. Libre à chacun de construire sa propre voie, en laissant résonner mes mots et en mettant en acte un chemin qui ressemble à ce qui brille au fond de nous…

 

Les deux niveaux de décalage

Le sentiment de décalage peut se définir à deux niveaux à mon sens.

Le premier niveau est celui des faits. Par rapport à la norme, et donc aux multiples sous-normes qui existent dans toute vie en société, nous pouvons nous sentir en décalage. Par nos choix de vie, nous ne nous dissolvons pas dans la norme et n’obéissons pas, ou seulement en partie, aux codes sociaux. Ces choix peuvent correspondre aux orientations sexuelles, politiques, religieuses, philosophiques, aux choix alimentaires, vestimentaires, géographiques, consommatoires… tout comme aux modes de pensée qui relèvent d’un choix conscient ou bien d’un fonctionnement neurocognitif différent (ou du moins vécu comme tel par rapport à la norme). Chaque acte, chaque décision que nous posons va en effet tendre à nous rapprocher ou nous éloigner des normes. J’entends par norme ici, « ce qui a cours la majorité du temps, qui est couramment pratiqué, pensé, observé, vécu ». En gros, c’est la tendance majoritaire… Objectivement, celui ou celle qui ne suit pas les tendances est en minorité et peut donc se sentir en décalage.

Le deuxième niveau de décalage que j’entrevois est celui du sentiment. Ce sentiment est intrinsèquement lié à celui d’appartenance. Nous l’alimentons plus ou moins, selon que nous souhaitons appartenir à un groupe, une communauté, ou au contraire que nous souhaitons nous en détacher. Nous avons donc une marge de manoeuvre quant au fait de décider si nous voulons vivre ce décalage comme problématique, neutre, joyeux, et toutes les nuances entre ces positions.

 

Que faire du sentiment de décalage ?

Confronté à ce sentiment de décalage, nous avons toujours le choix. Comme chaque fois que nous sommes face à une émotion, un affect, il est de notre responsabilité de le « digérer », de l’intégrer dans notre vécu pour lui donner un sens – y compris celui de décider qu’il n’a pas de sens et donc pas sa place en nous .

Quelles réactions quand au milieu d’une assemblée, on se sent le seul à penser, vivre, agir de la façon qui est la nôtre ?

  • honte, dissimulation, masque social, mise en place du mode caméléon
  • exacerbation, valorisation, mise en avant de ce qu’on ressent comme sa différence, avec ou sans justification
  • plainte, tristesse, sentiment de rejet, d’exclusion
  • constat des différences et réassurance intérieure : « je sais qui je suis, ce que je vaux, je n’en veux pas à personne. Je suis digne d’être aimé, reconnu, compris, accepté, et les autres le sont aussi. ».

 

Changer son discours intérieur

Pour parvenir à se détacher et ne pas vivre son décalage dans la revendication, la lutte ou la honte, il faut bien sûr observer ce que cela dit de soi…

Quelques questions à se poser, qui peuvent aider à se positionner et à élargir sa vision de soi et des autres :

  • à partir de quels éléments je me définis ?
  • Ai-je besoin de me définir aux yeux des autres, et si oui pourquoi et comment ?
  • de quoi ai-je peur quand je me sens en décalage ? Qu’est-ce qui se passerait si au contraire tout le monde pensait, agissait comme moi ?
  • Comment est-ce que je me comporte quand je rencontre des gens avec qui je m’estime en décalage ? Comment je me comporte quand je rencontre des gens que j’estime en décalage avec moi ?
  • Qu’est-ce qui est à l’origine de mon sentiment de décalage et est-ce que j’ai tendance à le nourrir, si oui de quelles façons ?
  • Qu’est-ce que j’attends des autres, finalement?
  • Y a-t-il des situations, des personnes avec qui je ne ressens pas de décalage ? A quoi cela tient-il ?

Cette dernière question est à mes yeux la plus importante car bien explorée, elle apporte des éléments de réponse pertinents.

 

Ce que nous disons de nous traduit ce que nous disons des autres…

 

Si je me raconte que je suis en décalage, je présuppose qu’il y aura toujours un fossé entre les autres et moi. Je mets en place un biais cognitif qui me prédispose à agir et me montrer comme quelqu’un d’a-normal (en dehors de la norme, quelle qu’elle soit).

Quel est mon mouvement ? Aller vers les autres, ou bien rester à distance ? Un peu les deux, tantôt l’un tantôt l’autre?

Il n’y a aucune réponse juste. Il y a juste la réponse qu’on fait à un moment donné, dans une situation donnée.

Nous sommes libres de croire, d’exprimer avec nos mots, que nous sommes en décalage.

Nous sommes tout autant libres de croire et d’exprimer nos points communs avec les autres et au-delà des différences, d’expérimenter et de savourer ce qui nous rassemble. C’est la mise en pratique de l’irénisme. Le sentiment d’humanité, la joie qui en découle, s’éprouve quand on ne cherche plus à savoir si l’on rentre ou non dans les cases.

De là, peut-être, peut s’élaborer ou se reconstruire, une sécurité intérieure qui donne la vraie liberté d’être soi.

De là peuvent se vivre de nouvelles normes, des normes élargies, qui nous autorisent à différer, sans se positionner systématiquement dans de l’opposition ou du rejet, mais avec la conscience de se savoir faire partie d’un tout, pleinement confiants et apaisés par rapport au vécu de nos singularités.

Marion

Pour recevoir ma lettre mensuelle d’inspiration avec des questions pour trouver en soi l’écho intime qui fait avancer et oser: 

blog Mémovoix Marion Dorval

Conte créatif: Les succulents ratages

Conte créatif: Les succulents ratages

 perfectionnisme

Les succulents ratages

 

Regarde, comme cela aurait presque l’air bon! Comme on dit : “il n’y a que des bonnes choses dedans, ça ne peut pas être mauvais.”

Je me prête souvent au jeu de l’improvisation culinaire, puisque finalement improviser vocalement a contaminé mes autres tâches quotidiennes, mes gestes envers moi et envers les autres aussi. Prise d’un élan de spontanéité, j’ai rassemblé le matériel et les idées en vrac.

J’ai pris ce qu’il fallait pour ce qui devait ressembler à un crumble salé vegan. Au final, ça n’a pas pris du tout… en apparence, la forme est respectée. ça c’est tout l’impro: tu penses que tu vas obtenir un résultat joli, parce que tu as réuni les ingrédients nécessaires. En fait de joli, tu as quelque chose d’immangeabe! La sauce n’a pas pris entre eux, la mayo n’a pas monté. 

Déçue? Oui, tant d’efforts, tant d’attente pour un si piètre résultat. Et après? J’ai bien ri, figure-toi. L’impro m’apprend ça, depuis toujours: espère, et tu seras déçu. Libère, et tu pourras rire si c’est raté à ton goût, savourer sans retenue si ça te plaît. Si tu as le moindre attachement, alors l’expérience se révèlera douloureuse pour ton ego: quoi, j’ai raté, je suis nulle… Bien sûr, ce sont les principes de base de la méditation, que crois-tu? Chaque action est propice à méditer, surtout celles qui consistent à cuisiner et à chanter. 

Et surtout surtout: tu ne t’appesantis pas, oh non pas de lourdeur, tout se joue dans l’instant. Ne crois pas que ce ne sont que des one shots qui se succèdent, sans queue ni tête, bouts de recettes, bouts de relations, bouts de sons… non: c’est un apprentissage, car à chaque essai, chaque élan, ton corps réagit pour t’indiquer si la voie est quelque part par là. ça se construit par strates, des lamés de pâte feuilletée, au fil du temps. Ne sois pas pressé, joue simplement.

Au fond, on devient aiguilleur de son propre ciel. Les envolées peuvent bien retomber comme un soufflé, il restera l’élan. C’est ça qui compte: tu as mis tes mains dans la farine, tu as osé les mots devant lui, tu as tenté sans aucune certitude sur le résultat. Expérience concrète et si intime à la fois, qui pourrait croire que c’est juste avec ce qu’on trimballe du matin au soir entre nos os, qu’on parvient à cheminer vers le coeur de soi? 

Bien sûr j’ai pris la photo du ratage: c’est là que c’est succulent! On peut tout imaginer: la prochaine fois, un peu plus de farine ou un peu moins d’huile? Que rajouter, qu’est-ce qu’on peut enlever?  (suite en commentaire)

Tu sais, tu me demandais l’autre fois: et si je déraille quand je chante? Et si finalement ma voix sonnait affreusement, au point que je développe un complexe?

Alors j’espère que mon échec patent dans mon petit labo de cuisine t’aura aidé à comprendre: plante-toi, plante-toi pour de bon les deux pieds dans la terre ou plutôt la voix à fond pour faire résonner ton arbre-tronc (tu te souviens, le tronc-caisse de résonance?), sinon jamais l’écho de ta voix ne montera à toi, jamais tu ne sauras de quoi tu es capable, jamais tu ne goûteras ni n’entendras de quoi tu es fait. Lance-toi pour le jeu, pour chercher sans attendre, pour conquérir sans gloire et pour avancer sans jamais arriver quelque part.

Rater est bon, c’est préparer le meilleur, se connaître sur le bout des doigts, explorer son territoire sans le circonscrire, l’étendre là où ça fait du bien – oui, va là où ça fait du bien, là où tu peux rire de toi, déguster tes réussites sans les retenir, sans avoir peur de ne pas pouvoir les reproduire. Improvise et joue. Tant pis si ça sonne dégueulasse: tu iras chercher dans une autre gamme plus tard, la prochaine fois! 

J’ai déjà hâte de remettre mes mains dans la pâte, je sais que mon corps et ma tête ont tout enregistré des textures et des proportions appropriées, du moins plus à mon goût! 

A nos succulents ratages, tu me raconteras les tiens, dis?

Marion

 

Lire c’est bien, vivre c’est mieux.

Pour renouveler son regard sur soi et ce qui nous entoure, je vous invite dans mon Labo créatif :

Aimer l’intégrale de sa vie

Aimer l’intégrale de sa vie

Quand nous saurons regarder nos errances, 

nos envolées, nos plateaux, nos pieds dans la boue

Sans envisager de plan B pour repartir d’un nouveau point A

Alors peut-être sous la surface ainsi constituée

la matière accumulée tout le long du chemin

deviendra un fil soutenant plutôt que des parcelles fragmentées, 

peut-être aimerons-nous l’intégrale de notre vie.

 

Tout embrasser sans avoir honte de qui nous avons été, de ce que nous avons traversé, enduré.

 

J’aime la poésie des mathématiques parce qu’elle permet de rationaliser les événements sans laisser le mental jouer avec les émotions, sans refaire l’histoire en y voyant des signes pour se rassurer ou se complaire dans une position de victime.

 

C’est ce qui m’arrive parfois, alors je prends mon crayon et je calligraphie une intégrale de maths pour calmer ces questions récurrentes:

 

Pourquoi devrait-on avoir honte d’un moment plutôt que d’un autre, pourquoi vouloir cacher certaines périodes et en glorifier d’autres?

 

Comment cesser de vouloir toujours comprendre alors qu’il y a surtout à vivre et se laisser être pour exister?

 

La notion d’intégrale nous aide à comprendre celle du chemin parcouru, à ne pas tout remettre en question à la moindre anicroche, à ne pas cultiver une vision limitante de nous-même. (et oui, cela concerne entre autres les hypersensibles parmi vous). 

Petit topo accessible même aux allergiques aux maths (vous allez voir comme c’est parlant): l’intégrale correspond à une valeur de surface. La surface accumulée sous une courbe pour aller d’un point a à un point b (allez sur l’article du blog si vous avez besoin de visualiser pour comprendre). Comment on calcule l’intégrale? En revenant à la primitive, la source qui a donné cette surface au fil du temps en quelque sorte…et on l’obtient en faisant la différence de la primitive au moment b avec la primitive au moment a.

aimer sa vie   

 

Bref, tout ça pour dire quoi?

 

Ce qui compte, c’est bien le chemin…

 

pas tant d’où l’on vient ni où l’on en est aujourd’hui. Rien de nouveau sous le soleil, mais visualiser l’ensemble de sa vie comme de la matière accumulée précieusement au fil des expériences, quelles qu’elles soient, c’est parvenir enfin à considérer qu’on est un tout qui n’a pas à choisir entre les bons ou les mauvais côtés de sa vie. 

 

Toute ma vie est une surface de tissu qui se déploie pour continuer à m’amener jusqu’au prochain point: rien n’est à jeter dans le passé, même le pire… car si je supprime un point de la surface, elle se déchire et je devient fragmenté.

On parle bien là d’intégration: faire de nos histoires un moyen de se vivre mieux. Aparté pour ceux à qui on a bien fait comprendre subtilement ou frontalement qu’il valait mieux se taire: les temps changent et chaque histoire mérite d’être racontée avec le courage du coeur, personne ne peut savoir à ta place ce que tu portes en toi ni ce que tu rêves.

 

Chacun connaît le vice de la comparaison qui nous sort de nous-même pour aller regarder la courbe de vie des autres et ne plus savoir quoi penser de notre vie. Ou bien espérer atteindre un jour tel ou tel état ou but, sans se mettre vraiment en mouvement.

 

Rien ne sert de comparer en vain: même point d’arrivée mais chemin tellement différent, mêmes expériences intégrées mais origines dissemblables… (même allure de courbe mais surfaces sous-jacentes différentes, même point de départ a mais courbe s différentes jusqu’au point b etc) 

 

Sachons d’où nous venons pour plus d’indulgence sur le chemin que nous avons déjà parcouru. Qu’on ait la sensation d’être empêché, de stagner, qu’on soit dans un tourbillon galvanisant: on est en vie tant qu’on est en mouvement.

Sachons aussi reconnaître que nos difficultés à discerner existent aussi chez les autres, personnellement c’est ce qui m’aide à dédramatiser et éviter de nombriliser…

Rien n’est grave tant qu’on ne se prend pas trop au sérieux, non?

 

Aimer l’intégrale de sa vie: aimer et goûter la différence d’expérience entre mon origine primitive et ma renaissance d’aujourd’hui, de chaque instant.

 

Voilà , cette lettre juste pour te dire que tout événement prend le sens qu’on veut lui accorder et que ta vie mérite que tu la considères comme aussi belle et valable que tout autre. Tous pareils tous différents en somme. 

 

Sur ce, je retourne à mes sons, mon arc, mes carnets… et les maths!

marion dorval

 

 

Des repères pour trouver sa voie

 C’est à la mode : il faut trouver sa voie, sa mission, sa vocation. La réalisation personnelle ne passe plus seulement par le fait d’avoir un travail satisfaisant, mais un métier qui valorise le bonheur, l’altruisme, la bienveillance… et j’en passe. De quoi faire passer ceux qui se contentent de travailler pour gagner leur vie.

 

Redonner au travail sa place

 

Cette quasi-injonction à avoir un métier qui a du sens, qu’est-ce qu’elle dit de nous ?

Nous cherchons à trouver dans le travail une voie d’accomplissement presque total. Nous culpabilisons ou nous faisons culpabiliser les autres si notre travail ne nous permet pas d’incarner toutes les valeurs auxquelles nous aspirons.

Redonnons sa place au travail, plutôt que vouloir lui demander de combler toutes nos aspirations.

Pour ceux d’entre nous qui sont hypersensibles, idéalistes, perfectionnistes, il s’agit de faire le deuil du travail idéal. Non pas pour renoncer à s’épanouir professionnellement, mais plutôt pour se libérer de la pression pour « trouver sa voie ». Le métier que nous exerçons a le sens que nous lui donnons.

Ne nous laissons pas influencer par l’image que la société veut nous imposer de tel ou tel travail. Nous sommes libres de décider ce que représente le travail pour nous.

Et surtout, rappelons-nous que nous ne sommes pas notre travail : s’identifier à son métier, c’est tantôt se sentir inférieur, tantôt se croire obligé d’aller toujours plus loin, au risque de se dévaloriser… ou bien de faire un burn-out.

 

Trouver sa voie, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Souvent, cela veut dire :

  • se sentir à sa place dans son travail
  • se sentir reconnu, estimé, valorisé au niveau professionnel
  • s’épanouir et s’accomplir, aimer ce que l’on fait

Tout ça reflète des besoins :

  • plaisir
  • reconnaissance
  • évolution

Ces besoins peuvent se trouver ailleurs que dans le travail : dans la sphère privée, associative, de loisirs… il est possible de venir combler une part de ces besoins. Cela évite de s’en demander trop lorsqu’on est au travail. Cela évite de demander au travail de satisfaire tous ces besoins.

Comme vous le voyez, il s’agit davantage de trouver un équilibre entre les différents domaines de sa vie.

  • Qu’est-ce qui vous donne déjà le sentiment d’être satisfait ?
  • Dans quoi trouvez-vous du plaisir ?
  • Qu’est-ce qui vous rend fier ?
  • Où vous sentez-vous à votre place, en présence de quelles personnes ?

Prendre le temps de se poser ces questions, c’est indispensable pour éviter de courir en vain après le métier parfait.

En veillant à garder vivantes les expériences où nous nous sentons « bien », nous pouvons trouver notre voie véritable, c’est à dire notre chemin de vie. Unique et donc incomparable à celui des autres. Ayons confiance dans nos possibilités de créer notre propre voie.

 

Hypersensible, introverti : quel métier est fait pour moi ?

 

Si vous êtes de nature hypersensible ou perfectionniste, il y a fort à parier que vous ayez envie d’avoir un travail qui vous stimule mais vous préserve aussi des hauts et des bas. Pour ça, il n’y a pas de métier idéal, autant le dire tout de suite.

Par contre il y a :

  • la réalité d’un travail avec son degré de responsabilité, ses horaires, sa dimension relationnelle, ses contraintes de trajet, ses possibilités d’évolution… autant de critères objectifs qui peuvent vous aider à décider si cela respecte votre fonctionnement, si vous pouvez vous adapter dans les limites qui sont les vôtres. Là encore, pensez à ce dont vous avez besoin et ne tentez pas de cocher toutes les cases : les contraintes existent toujours.
  • Et il y a la perception que vous avez de ce travail… donc la façon dont vous allez entrevoir les contraintes… mais aussi les opportunités d’évolution qui pourraient vous faire peur. La manière dont nous nous projetons est de notre responsabilité. Nous avons moyen de contrôler cela. En arrêtant de se croire limité parce qu’on nous a fait croire que ceci ou cela n’était pas fait pour nous, en cessant d’éviter toute prise de risque par peur d’échouer, nous pouvons déployer notre potentiel.

 

Pour y parvenir, c’est très simple : il est nécessaire

  • de croire en soi pour oser aller vers ce qui nous attire
  • d’avoir les idées claires pour être plus créatif dans sa propre vie

Cela revient à cultiver au quotidien une attitude bienveillante envers soi. Pas bisounours ou compatissante. Plutôt un comportement qui nous ferait agir comme si nous étions notre meilleur ami, en nourrissant notre besoin de nous faire plaisir, d’être dans la joie, l’ouverture.

 

Le présent est ce que nous en faisons. Trouver sa voie n’est pas un chemin de croix, c’est poser un pas après l’autre en se respectant profondément et en donnant une chance à ses rêves de se réaliser.

Quand nous vivons dans une confiance humble et que nous cultivons notre ouverture d’esprit, alors nous sommes plus réceptifs à ce que la vie nous propose come choix.

Nous pouvons décider en suivant davantage notre petite voix et installer en nous ce sentiment puissant d’aller vers ce qui a du sens pour nous.