Les formes de chant sont innombrables à travers le monde et les siècles. Il est impossible de toutes les connaître ni de les catégoriser nettement. C’est un monde infini car il existe autant de chants que d’âmes et de peuples… Pour nous Occidentaux du 21ème siècle, la forme de chant la plus connue est celle diffusée par les medias : la chanson. Les cours de chant sont en large majorité associés à l’apprentissage d’une technique vocale pour apprendre à chanter des morceaux de façon juste et les interpréter avec émotion.

Est-ce que les formes de chant spontané et intuitif seraient donc à l’opposé des formes totalement libres, sans technique ?

Qu’est-ce qu’on entend par chant intuitif, créatif, chant improvisé ? Voici ma version à moi, histoire de vous faire ressentir comment je transmets la voie du chant!

 Le chant spontané: du corps à la voix

La voix est un organe à part entière. Comme toute partie de notre corps, elle reflète notre état intérieur, physiologique mais aussi psychique et spirituel. Toutes nos dimensions y sont présentes et donc toutes nos variations d’humeur et d’état d’esprit peuvent s’y déceler.

Voilà pourquoi si nous vivons une émotion exacerbée, colère, joie ou tristesse, notre voix sonnera spontanément à l’unisson de cette émotion : voix serrée, voix larmoyante ou jubilante, voix criarde ou hurlante, voix étouffée, voix vibrante… Cette expression spontanée des émotions par la voix estfinalement la première forme de chant spontané. En effet, le chant n’est rien d’autre que notre propre parole considérée comme une mélodie. Le rap, les chants à réponse, certains morceaux de gospel, contiennent pour tout ou partie des phrases dites « parlées chantées ». Il suffit de les rythmer d’une certaine façon et d’y ajouter quelques variations de hauteur de son pour que nos phrases orales deviennent des mélodies à part entière.

peur oser s'exprimer créativité

Le chant spontané peut donc être considéré comme ce que nous avons à dire dans l’instant présent, notre parole portée par la voix, oralisée dans l’ici et le maintenant. Partant de là, nous concluons qu’il ne peut pas s’apprendre, qu’il ne se répète pas, qu’il est inédit et difficile à reproduire… cela peut être considéré comme vrai en partie mais c’est une conception restrictive à laquelle je n’adhère pas. Cela revient à cet éternel débat qui oppose l’inné et l’acquis, la nature et la culture. Les visions dualistes nous enferment dans des vies étriquées et nous limitent dans notre évolution personnelle. Il est évident que notre environnement éducatif, musical, sensoriel, naturel, impacte la façon dont nous vivons notre voix.

Des tas de peuples le pratiquent depuis leur plus tendre enfance : il est facile de chanter librement quand on y est invité depuis tout petit et que la voix n’est pas quelque chose dont on a peur ou qu’il faut limiter pour ne pas en faire trop… Quelqu’un d’introverti pensera spontanément (sic) en lisant cet article, que le chant spontané n’est pas fait pour lui, ou que ça risque d’être difficile s’il s’y met. Beaucoup de représentations erronées de la spontanéité éloignent de la réalité du chant spontané. Il n’est que l’écho de notre cœur, une représentation à l’instant t de ce que nous sommes dans notre chair et notre âme.

Personne ne détient de diplôme pour y accéder, personne ne peut réellement vous l’apprendre en tant que tel. Il existe par contre mille et une façons de faciliter le lien à soi, à sa petite voix et à sa voix tout court, pour oser sortir sa voix spontanément. Que ce soit dans un cri, dans une mélopée, dans des onomatopées, le chant spontané est un véritable cadeau que l’on s’offre en révélant sa nature profonde grâce à sa voix.

Les bienfaits sont évidemment nombreux, puisque dès lors qu’on s’autorise à être soi, devant soi déjà (un défi souvent) et devant les autres peut-être, alors nous sentons que nous appartenons au monde. La reliance générée par le chant spontanée fait naître un profond sentiment de sécurité intérieure. Pour cela, il faut bien sûr un cadre sécurisé et bienveillant où s’exercer. Vous le voyez, le chant spontané n’est donc pas unemélodie qui se crée d’un coup de baguette magique…

 

Relier corps et esprit par le chant intuitif

Le chant est par nature intuitif quand il se produit dans un accord entre corps et esprit (ou mental pour simplifier). Quand on se détache des injonctions du mental et qu’on s’ouvre à notre chant intérieur, la voix se libère et capte intuitivement les sons qu’elle souhaite émettre. C’est un des aspects de base de la musicothérapie dans sa forme active : elle nous invite à produire par la voix ou les instruments les sons réputés pour être en résonance avec nous-mêmes.

De nombreuses traditions associent à chaque note de musique des parties du corps et des propriétés particulières pour apaiser ou tonifier celui-ci. Est-ce que le chant intuitif serait un outil de thérapie ? Comment pourrait-on savoir si notre chant est vraiment intuitif ou pas simplement une reproduction de ce qu’on a déjà entendu ? Tout réside dans l’intention… Un chant au plus proche de soi, y compris dans ses fragilités du moment ou ses grands élans, se traduira par un bien-être intérieur et une joie profonde.

oser exprimer sa voix

C’est cela l’intuition : être guidé par sa propre petite voix. Partant de là, le corps se met lui aussi en résonance joyeuse et se sent fortifié par l’expérience vocale qui vient de se vivre. Comme pour l’intuition de façon générale, il y a moyen de s’y entraîner, en aiguisant nos perceptions sensorielles. Plus je perçois en conscience, sans être dans l’hyper réaction ou dans l’envie d’en faire des tonnes ou de tout masquer, plus je peux me laisser guider par ma voix et sortir les sons qui naturellement vont me faire du bien, me soutenir ou m’alléger, m’empuissancer ou m’apaiser. Le travail s’il existe, se fait donc de façon rétroactive : plus je chante avec l’intention d’être dans l’intuition, plus je perçois mon intuition, et plus je perçois mon intuition plus j’ai de facilités à chanter selon celle-ci. L’écoute des autres joue aussi un rôle considérable dans notre capacité vocale intuitive.

 

Oser jouer avec sa voix: l’improvisation vocale

Et l’improvisation vocale alors ? L’improvisation est la base de notre vie, c’est notre moteur pour créer notre voie. Même quand nous croyons tout maîtriser, nous avons toujours à nous adapter aux aléas petits et grands de la vie de tous les jours. Nous ne pourrions pas le faire en permanance et nous pouvons le faire parce que nous avons déjà des routines sécurisantes qui nous permettent d’en dériver un peu, parfois, beaucoup, souvent, rarement… I

mproviser n’est rien d’autre que cela : s’appuyer sur une certaine pratique et aisance pour oser s’aventurer dans d’autres chemins. En ce sens, l’improvisation n’est pas du tout « innée ». Jouer avec sa voix, s’approprier certaines techniques rythmiques, s’entraîner à reproduire des sons caractéristiques de certaines traditions vocales, tout cela participe des ingrédients utilisés quand on improvise vocalement. Pensez à ce qui se passe quand nous devons cuisiner sans avoir rien prévu : nous faisons avec les ingrédients du moment, avec nos goûts et nos envies, avec nos « compétences » culinaires.

Avec la voix, c’est pareil : improviser vocalement c’est partir d’une base très simple qu’on va pouvoir enrichir petit à petit au gré des envies et des attirances naturelles. Les formes d’improvisation sont infinies et au final, ce ne sont que des jeux vocaux élaborés. Nous pouvons improviser seuls à l’aide de boucles ou en chantant librement, à plusieurs en se donnant uneintention de départ ou des codes pour s’orienter en cours de route… Là encore, les choses sont bien moins aléatoires qu’il n’y paraît : la structure est très importante. Improviser, c’est comme se laisser flotter dans un filet sécurisé. On goûte au plaisir d’expérimenter tout en se sentant soutenu.

 

Chant créatif: créer sa propre voie grâce à sa voix

Le chant créatif est la façon dont je décris ce que je pratique avec Mémovoix. C’est un chant qui se nourrit du moment présent, des inspirations présentes en chacun selon son vécu personnel et corporel, et qui donne à entendre une véritable création. Une création signifie pour moi toute émanation de notre être profond, dans la vérité de l’instant.

Ce chant n’est pas la reproduction d’un morceau connu même si on entendra forcément des références en cherchant bien… Il n’est pas destiné à répondre à une esthétique particulière. Il n’est pas la réponse à un modèle donné qu’on répèterait en tentant d’être juste techniquement. C’est lorsque la voix se donne à entendre dans toute sa vérité que la création surgit alors, dans pure nature dénuée d’ego. Cela peut être spontané ou arriver après un petit « échauffement » même si je n’aime pas ce terme.

Cela peut être intuitif ou orienté par l’envie consciente du moment, pour se créer sa propre ambiance sonore. Ce n’est pas une construction volontariste même s’il peut y avoir un effort volontaire pour que ça sonne avec justesse en soi.

La différence avec une démarche volontaire est qu’ici, le chant est créatif lorsqu’il est synonyme de joie pure. Le plaisir est d’abord fugace par nature mais au fur et à mesure qu’on apprivoise sa voix, le plaisir laisse place à la joie. Revigorante, apaisante, rassurante, elle nous permet de nous affirmer et prendre notre place avec et par notre propre voix, en accord avec notre nature profonde.

 oser être soi libérer sa voix

Imprégné par mon approche de la méditation, du chant intuitif et spontané, de la pratique de l’improvisation vocale, le chant créatif est une porte vers le champ/chant de nos possibles. Il nous aide à transposer dans notre vie quotidienne la liberté de créer et choisir à chaque instant, en conscience, pour vivre et vibrer grâce et à travers ce qui nous ressemble vraiment, dans nos corps et nos voix.es.

marion dorval

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Révéler votre voix.e, ça vous parle?

Je vous invite à découvrir le chant créatif en vous offrant cette vidéo: