Pendant très longtemps, j’ai eu peur de ne pas être intéressante et de ne pas savoir quoi dire. Je vivais les discussions comme des examens oraux ou des entretiens d’embauche. Chaque fois que je disais quelque chose, je me jugeais aussitôt sévèrement. Chaque fois que je me taisais je pensais que j’allais paraître idiote devant les autres.

 

Je n’avais pas encore assez de moyens pour me rassurer et me faire confiance sur l’attitude à adopter : faire semblant et dire des choses qui ne me ressemblaient pas ou bien m’enfoncer dans mon malaise et me sentir exclue? C’est quand j’ai réussi à sortir de ce dilemme que j’ai pu accepter d’être simplement moi et que j’avais le droit d’avoir des choses à dire comme de rester silencieuse.

 

Que faire quand on est terrifié par l’idée de devoir prendre la parole?

 

Comment faire quand on est persuadé qu’on n’a rien d’intéressant à partager avec les autres?

 

Voici 3 conseils pour surmonter cette peur. 

 

  • Identifiez ce qui vous donne envie de vous exprimer

 

Bien se connaître est une clé fondamentale pour partager avec les autres ce qu’on porte en soi.

 

Qu’est-ce qui vous procure de grandes émotions?

 

Qu’est-ce qui vous fait réagir?

 

Ce peuvent être des sujets d’actualité, des persones que vous appréciez, des passions, des causes à défendre, des sujets d’étude… Trouvez ce qui vous mobilise, vous fait vibrer. Vous verrez qu’au-dedans, ça fourmille. Passez par l’écrit pour noter ce qui vous vient à l’esprit quand vous pensez à ces thèmes qui vous tiennent à coeur!

 

  • Choisissez les contextes qui vous conviennent

 

Vous avez certainement plus de chance de vous sentir rempli de choses à dire si vous pouvez aborder des sujets qui vous passionnent. C’est vrai aussi si vous êtes en compagnie de personnes avec qui vous êtes suffisamment à l’aise pour vous exprimer sans crainte du jugement. La discussion idéale n’existe pas, mais vous pouvez privilégier les contextes où vous vous sentez sécurisé pour expérimenter la prise de parole. On peut oser davantage quand on a un minimum confiance dans son environnement. L’envie dépasse la peur et on se lance. Bien sûr, il n’est pas possible de réunir à chaque fois les conditions idéales pour soi-même, mais si vous savez ce qui fonctionne pour vous, alors essayez de passer plus de temps en « zone sécurisée » pour obtenir cette réassurance dont vous avez besoin.

 

  • Ecoutez les autres et relativisez

 

Vous n’êtes pas obligé de parler de tout, tout le temps avec tout le monde.

 

Observez les autres: chacun a sa propre façon de s’exprimer, à son propre rythme et avec une quantité de contenu différente. Vous avez le droit de choisir votre place et votre rôle dans chaque nouvelle conversation. Rien n’est figé ! Prenez également conscience que les autres s’autorisent à être eux-mêmes en se jugeant sûrement moins sévèrement que vous ne le faites avec vous-même. Prendre conscience de ce qui se passe de façon objective peut vraiment vous aider à ne pas rester centré sur vous et à vous bloquer inconsciemment à chaque fois que vous êtes en situation de discussion.

 

Enfin, si vous avez envie de mettre en pratique tout cela, rien n’est plus efficace que le lâcher prise à travers une pratique créatrice. Je vous invite à découvrir 3 pistes gratuites pour vous aider à vous exprimer au plus proche de vous, avec plus de spontanéité et de confiance.