Cet article est un extrait de mon carnet intime « Les mots doux et puissants » de janvier 2022. 

La tentation de l’Ailleurs ou marcher enfin dans ses propres pas

Rien ne semble s’améliorer ou changer pour de vrai. Alors revient l’appel de l’Ailleurs.

La tentation. Le choix effectif. L’expérience de l’Ailleurs. Tout effacer et recommencer, se donner une nouvelle chance.

C’est toujours comme si on rêvait d’un vrai coup de tête qui nous propulserait dans cette nouvelle peau, sur cette nouvelle terre, avec des gens beaux et vrais, une place qui nous attend et des certitudes rassurantes pour toujours. Etre – juste être, enfin. Au bon endroit.

Ce n’est rien d’autre que le paradis que nous croyons avoir perdu, c’est le cocon qui nous manque et le territoire de la liberté. C’est du moins ce que nous croyons, mais au fond il y a une vérité à découvrir qui instille en nous ce désir profond de partir.

Que se cache-t-il dans ce récit que nous nous faisons de notre ailleurs idéal?

Tu aspires au grand départ,

tu veux refaire l’histoire.

Le transfert prend une ou plusieurs précautions: changement de lieu, changement de nom, changement de poste, changement de relations… Se transplanter pour vivre la même vie mais ailleurs n’est pas envisageable: l’Ailleurs réclame une autre identité, celle que nous aspirons tant à revêtir.

Changer de nom, changer de lieu, changer de langue: j’ai connu.

🖋  La suite du texte est accessible en intégralité pour les abonnés.