chant créatif marche consciente

 

Marche consciente et chant créatif

 

Voici ma « recette de base » pour les sessions de marche consciente et chant créatif.

Chaque phase appelle un mouvement intérieur particulier qui s’articule avec harmonie dans le déroulement de la pratique. Evidemment, tout s’ajuste en fonction des conditions extérieures mais aussi de notre météo interne.

Cette pratique appelle la justesse envers soi plutôt que la recherche volontariste d’une détente ou de “beaux sons”. Elle nous amène à un abandon serein en harmonie avec l’environnement et notre nature profonde. Je guide selon l’énergie du moment, pour que cela reste fluide et sans rigidifier le processus qui alors, perdrait son souffle. L’inspiration vient de soi mais aussi de ce qui émane de la nature autour de nous, c’est en cela qu’elle rend possible la libération de la voix… et des pieds!

  • Repérer un lieu qui m’appelle, paisible, loin de toute source de bruit. Si le trajet jusqu’au point de rdv occasionne des dérangements (pollution, sons désagréables de ville, de voiture), j’aménage pour limiter la surstimulation sensorielle. J’ai déjà parlé ici de ma façon d’apprivoiser l’hypersensibilité. Découvrir un nouveau lieu est aussi une source de joie, simplement quand c’est le cas j’évite de trop projeter : l’expérience est nouvelle, je n’attends pas qu’elle soit agréable ou inconfortable, j’essaie de me rendre réceptive sans sur-réagir aux lieux, aux sons que je vais produire, à la façon dont mes pas vont me porter sur le sol.

 

  • Marcher en conscience. La méditation marchée est une pratique spécifique, utilisée par les moines bouddhistes comme méditation à part entière (kinhin), nécessaire pour maintenir l’éveil et soutenir le corps dans ses efforts physiques (méditer assis longtemps requiert de l’endurance). La marche consciente peut alors s’effectuer dans le respect de cette tradition, d’un pas lent et en accord avec la respiration : un pas à chaque expiration, l’inspiration servant à relever le pied et préparer l’autre pied à se poser sur le sol. C’est un rythme interne à trouver, entre son souffle et ses pieds. Selon que je suis seule ou avec d’autres personnes, nous accordons un temps différent à cette marche. Pour les non initiés, ou les personnes rebutées par la lenteur, on peut tout à fait marcher en pleine conscience, à un rythme plus « naturel », où le souffle est là aussi guidé par le mouvement. Dans tous les cas, cette phase se fait en silence : c’est le moyen de faire redescendre les idées du mental dans les pieds, de rendre le corps alerte et de vivre l’instant présent.

 

  • Se rendre à l’arbre. Et s’y abandonner. Souvent, il y a reconnaissance de l’arbre : on sent que l’arbre nous choisit tout autant que nous l’avons choisi. Un accord tacite. Prendre le temps de toucher, sentir, se placer. Faire peau à peau : la réminiscence du contact parent tuteur-bébé nous entraîne, si nous lâchons prise, vers un abandon serein. L’arbre nous offre ce bercement intérieur, cette sécurité en soi qui va nous permettre de libérer notre voix. Je me rends attentive aux sons de l’arbre : craquements, frémissements. Cette phase que j’ai nommée phase d’accordage, consiste à percevoir la voix de l’arbre (des sons extérieurs évoqués juste avant, jusqu’à un ressenti plus subtil).

 

  • Mise en voix. Je pratique en m’aidant d’abord du souffle, pour « lancer » la voix. Plusieurs scénarios peuvent se produire, l’un ou l’autre ou bien coexister :
  • un mantra issu du yoga du son pour recherche un effet particulier (selon les besoins du corps ou du mental à ce moment-là),
  • une incantation libre,
  • une improvisation longue qui se construit petit à petit.

La voix sort comme elle en a besoin : je n’ai pas besoin de suggérer ni de guider, tout le travail a été fait avant dans la préparation du corps par la marche et le silence. Si nécessaire, pour les personnes non familiarisées avec la pratique, nous faisons quelques étirements vocaux pour nous mettre dans le bain, pour oser sortir la voix. Avec la confiance dans la bienveillance mutuelle et dans, tout simplement, l’amour que la nature nous procure, nous pouvons nous lancer !

 

  • Je salue l’arbre (ça n’est pas un salut ostentatoire, ça peut très bien être un merci intérieur, chacun procède à sa façon, pourvu qu’elle soit sincère, et non volontairement démonstratrice : peu c’est mieux, la nature n’a que faire des simagrées !). Clôture de la méditation, c’est à dire de l’ensemble de la marche et du chant.

 

  • Récolte. Je repars avec plein de sensations (y compris parfois, une impression de « rien », de neutralité, comme si rien ne s’était passé : c’est le jeu ! Pas d’attente, pas de jugement). Je guide les personnes qui m’accompagne vers un partage, si le besoin s’en fait sentir : sourires, mots, ou échanges. Rien n’est imposé, si ce n’est de ne pas submerger les autres. On partage de façon succincte, sans commenter, sans rajouter de paroles superflues. Ecoute active et empathique. Je ressens souvent de la connivence, les arbres réussissent à nous relier au-delà de ce qu’on pourrait imaginer. Pour moi, il y a aussi la récolte des sons. Quand l’improvisation a été longue et répétée, il reste quelque fois un pattern (un motif) mélodique ou rythmique, qui m’a plu, que j’ai envie de retravailler. Ce sera donc ma « graine », que je pourrai continuer à faire germer, ou planter, pour en tirer un nouveau morceau, ou le début d’une chanson, si des mots sont venus s’y placer.

Tout est matière à créer, tout fait sens.

 

Le retour se fait serein, rempli du vide créé par le silence et l’abandon de sa voix parmi celle des autres et celle de l’arbre. Il y a quelque chose qui a été marché, quelque chose qui a été chanté, quelque chose qui a été relié. Un bain de sons, un bain de pieds :fouler les prémices de ce qui vient au bord des lèvres et demande juste à émerger vers le ciel, pour réaliser enfin notre nature.

Je vous souhaite une bonne pratique !

 

marion dorval

Pour découvrir des extraits de séances Mémovoix, pratique consciente autour de l’expression de soi en mots, en corps et en voix, rdv sur ma chaîne youtube :