Mutations émotionnelles pour cette période.

PLONGER. SE MIRER. DEPOSER.

Les fonds s’assombrissent et nous attirent plus que jamais.

Nous nageons en eaux troubles depuis si longtemps…

Ces courants nous lestent et nous oppressent.

La liberté ne serait-elle pourtant qu’à la surface?

La saison s’annonce qui nous invite à naviguer au creux de ces courants délé-terres.

Qui n’a pas plongé au fond de ses eaux restera dans la matrice.

Qui n’a pas osé terrasser ses gorgones restera pétrifié.

Viens par là, il y a aussi des eaux plus claires en toi.

Elles font partie du même océan: entres tes os et ta peau, le liquide est si versatile…tu fais un.e si et seulement si tu lies toutes tes nuances.

Tu sais qu’il faut toucher le fond pour trouver la force de remonter.

Tu sens comme il est plus facile d’avoir de la tendresse pour ses eaux tourmentées que de vouloir lutter contre elles pour rejoindre ce qu’on croit être le bon courant.

C’est ça qui nous allège des pierres si lourdes que nous portons, c’est ça qui permet la remontée.

Alors reste un instant, contemple ce qu’il y a à voir dans tes propres fonds, dépose tes pierres et tu trouveras le trésor enfoui…

La mutation s’opère en silence, même si ton corps subit les effets de la transformation, même si ta langue voudrait fourcher et hurler ses vérités pas toujours aimables, même si ton ventre se tord des torts non pardonnés ou non reconnus. Même si tu crois n’avoir jamais la force ni de te mirer pour de vrai sans excuse, ni de remonter sans honte en sachant d’où tu reviens.

Bien sûr, ta gorge te fait mal plus souvent en ce moment, bien sûr la voix ne sort pas ou bien les mots sont abrupts, bien sûr tu te sens possédé par ton animalité, si loin de l’éther.

Tu sais que les autres font le même chemin.

Mais prends le temps, rien ne presse… le bain a la température prévue pour que tu sentes puissamment ce qui te meut.

Où sont tes forces obscures, où sont tes pouvoirs?

Où est l’amour que tu t’empêches de porter à tes blessures?

Dans ces eaux noires, bien sûr… cet entre-deux délicat avant le retour à la lumière, pour remettre le pied sur terre et bâtir ces nouveaux mondes qui n’attendent que nous.

Aujourd’hui c’est le dernier plongeon.

Mais c’est aussi l’ultime réveil.

Le réveil des fonds, l’amour de la faille, la découverte du trésor.

L’un ne va pas sans l’autre: un seul chemin.

Ce sont les eaux noires de la renaissance.

ça va se filtrer, crois-moi.

Le corps sait, la voix guide.

Pour qui s’abandonne à sa voix intérieure, pour qui laisse remonter du fond des fonds de son corps les sons qui libèrent, alors la plongée devient une traversée fortifiante.

Oser aimer ses failles profondes n’a qu’un seul but en vérité: enfin reconnaître l’autre en soi, soi en l’autre, et s’aimer de même.

Pour accompagner la traversée, rejoignez la prochaine immersion sonore avec guidance.  

En ligne, puisque les os.eaux eux aussi peuvent se connecter et suivre le chemin joyeux du corps-voix-mots via les écrans.

Avec foi et amour dans les mots et la voix,

marion dorval