Cet article est un extrait de « Les mots doux et puissants » d’avril 2022. 

Dear One,

quelle est notre place dans ce monde?

Est-ce que tu as su, quand tu es venu au monde, quelle présence on attendait de toi?

Je veux dire, ce que la Vie même, attendait que tu viennes apporter? On s’entend que pour ce qui est de l’entourage, on comprend vite ce qu’il faudrait faire pour bien vivre ou plutôt survivre. Les injonctions, ça me semble plutôt des injections intracutanées destinées à faire de notre corps une jolie pâte à modeler prête à se couler dans le moule. Si seulement ça nous évitait les bleus à l’âme et au corps!

Mais sinon, pour reste? Est-ce que tu as compris dès ton premier cri ce que tu allais changer autour de toi?

Ou bien est-ce que, comme tous les bébés, l’ange a effacé tes mémoires et laissé juste une trace, un sillon sur ton visage pour que tu recommences une vive toute neuve?

Je crois que parfois on aimerait faire parler cet ange.

Pourtant le mystère nous rend plus vivant quand on a conscience qu’on porte ces poussières d’étoiles en nous, depuis la nuit de temps… et qu’il nous reste toute une vie, si courte soit-elle, pour retrouver à travers notre corps et notre âme le sens du parchemin inscrit en nous.

Je suis sûre que toi aussi tu penses quelquefois avoir tout compris, tout saisi: c’est pour ça que je suis fait! C’est ça mon destin!

ça dure un temps. On essaie ailleurs. On croit encore qu’il faudrait trouver une chose. Un métier. Une vie.

Trouver une vie.

Je crois qu’il nous reste à trouver une présence. Notre façon d’être présent au monde, quels que soient nos choix de foi, d’amour, d’engagement.

(…)

Et toi?

Pensées-fusées d’étoiles filantes.

 

marion dorval

🖋  Le texte de ma lettre est accessible en intégralité pour les abonnés.